---------------------------

François-Xavier Harbec, conseiller en emploi

Site en construction, nouveautés en 2015! Développement de carrière Québec, Canada

Offres d'emplois / Amélioration du français au bureau / À propos

35 minutes pour se rendre au boulot, c’est trop!
28 mai 2015 écrit par Jobboom Blog

automobiliste trafic 35 minutes pour se rendre au boulot, c’est trop!

Photo : PathDoc / Shutterstock

Vous vous sentez cynique envers votre emploi? Ce n’est peut-être pas votre travail en tant que tel qui vous plonge dans cet état, mais plutôt le trajet pour y rendre!

Une étude réalisée par l’École de relations industrielles de l’Université de Montréal établit une corrélation significative entre le navettage pour se rendre au travail et les symptômes d’épuisement professionnel.

Selon l’étude, le risque d’épuisement professionnel augmente significativement lorsque la durée du trajet pour se rendre au travail dépasse les 20 minutes. Au-delà de 35 minutes, c’est carrément le degré de cynisme envers l’emploi qui grimpe.

Sachant que les salariés québécois mettent en moyenne 32 minutes pour se rendre au boulot, on peut dire que la clientèle à risque est nombreuse!

Bien sûr, tous ne sont pas affectés de la même façon, précise l’auteure de l’étude Annie Barreck : les effets du navettage sur la santé psychologique varient notamment en fonction du moyen de transport utilisé et de la localisation du lieu de travail.

Sans surprise, les longs trajets en voiture dans de grandes villes comme Montréal ou Québec sont plus stressants que dans des petites régions urbaines comme Longueuil ou Laval. Mais étonnamment, les passagers ressentent davantage d’anxiété que les conducteurs, puisqu’ils ont un sentiment de contrôle plus faible sur leur déplacement.

Vous croyez avoir l’esprit tranquille en prenant l’autobus? Ce n’est pas garanti. Chez les usagers du transport en commun, les effets des longs trajets sont plus élevés dans les milieux ruraux, car ces circuits impliquent souvent des changements d’autobus ou de train, ce qui augmente le risque de délais imprévisibles, et par conséquent, le stress.

En comparaison, les usagers des grandes régions urbaines ont un sentiment de contrôle plus grand puisqu’ils bénéficient de plusieurs options et de passages plus fréquents, et sont donc moins stressés.

Selon l’auteure de l’étude, les organisations gagnent à faire preuve de flexibilité à l’égard des modes de déplacement des employés afin d’améliorer leur efficacité et de favoriser l’attraction et la rétention du personnel, particulièrement dans un contexte de rareté de la main-d’œuvre.

35 minutes pour se rendre au boulot, c’est trop!
27 mai 2015 écrit par Jobboom Blog

automobiliste trafic 35 minutes pour se rendre au boulot, c’est trop!

Photo : PathDoc / Shutterstock

Vous vous sentez cynique envers votre emploi? Ce n’est peut-être pas votre travail en tant que tel qui vous plonge dans cet état, mais plutôt le trajet pour y rendre!

Une étude réalisée par l’École de relations industrielles de l’Université de Montréal établit une corrélation significative entre le navettage pour se rendre au travail et les symptômes d’épuisement professionnel.

Selon l’étude, le risque d’épuisement professionnel augmente significativement lorsque la durée du trajet pour se rendre au travail dépasse les 20 minutes. Au-delà de 35 minutes, c’est carrément le degré de cynisme envers l’emploi qui grimpe.

Sachant que les salariés québécois mettent en moyenne 32 minutes pour se rendre au boulot, on peut dire que la clientèle à risque est nombreuse!

Bien sûr, tous ne sont pas affectés de la même façon, précise l’auteure de l’étude Annie Barreck : les effets du navettage sur la santé psychologique varient notamment en fonction du moyen de transport utilisé et de la localisation du lieu de travail.

Sans surprise, les longs trajets en voiture dans de grandes villes comme Montréal ou Québec sont plus stressants que dans des petites régions urbaines comme Longueuil ou Laval. Mais étonnamment, les passagers ressentent davantage d’anxiété que les conducteurs, puisqu’ils ont un sentiment de contrôle plus faible sur leur déplacement.

Vous croyez avoir l’esprit tranquille en prenant l’autobus? Ce n’est pas garanti. Chez les usagers du transport en commun, les effets des longs trajets sont plus élevés dans les milieux ruraux, car ces circuits impliquent souvent des changements d’autobus ou de train, ce qui augmente le risque de délais imprévisibles, et par conséquent, le stress.

En comparaison, les usagers des grandes régions urbaines ont un sentiment de contrôle plus grand puisqu’ils bénéficient de plusieurs options et de passages plus fréquents, et sont donc moins stressés.

Selon l’auteure de l’étude, les organisations gagnent à faire preuve de flexibilité à l’égard des modes de déplacement des employés afin d’améliorer leur efficacité et de favoriser l’attraction et la rétention du personnel, particulièrement dans un contexte de rareté de la main-d’œuvre.

Se chercher un emploi quand on est déjà en emploi
26 mai 2015 écrit par Jobboom Blog

chut silence Se chercher un emploi quand on est déjà en emploi

Photo : Solomiya Trylovska / Shutterstock

On entend souvent dire que la recherche d’emploi s’apparente à un emploi à temps plein. Mais les démarches se compliquent de manière considérable quand on est déjà en poste : comment jongler avec deux emplois à temps plein tout en limitant les erreurs et les déconvenues?

Des pour et des contre

Chercher un emploi alors qu’on a déjà un boulot a certainement des avantages :

  • Une tranquillité financière. Continuer à travailler tout en menant ses recherches garantit une rentrée d’argent et permet d’aborder cette période de façon plus sereine.
  • Un gage d’employabilité. Cela peut rassurer les recruteurs potentiels : «Le candidat est déjà sur le marché du travail, il doit être apprécié.»

Mais quand notre employeur actuel n’est pas au courant de notre décision, la situation peut devenir délicate :

  • Le sentiment désagréable de mener une double vie. Les candidats ressentent un profond malaise, devant justifier des absences à répétition, comme pour se rendre aux entrevues d’embauche ou à une éventuelle évaluation de potentiel.
  • Un réseautage très discret. Sur les réseaux sociaux, on peut difficilement ajouter à notre profil qu’on est «à la recherche de nouveaux défis».
  • Pas de témoignage récent. Pour un employeur intéressé par notre candidature, il apparaît impossible d’effectuer une prise de référence auprès de notre employeur actuel.

Les risques de la franchise

Si la situation le permet, il est plus sage de faire preuve de transparence auprès de votre employeur actuel, surtout si les raisons qui nous amènent à vouloir quitter notre travail n’ont rien à voir avec des sources d’insatisfactions. Par exemple, il est plus facile de dire que vous changez de domaine d’emploi que d’annoncer que vous voulez travailler chez un compétiteur direct.

Mais la franchise n’est pas sans risque : votre employeur peut par la suite vous considérer d’un œil différent et vous confier moins de mandats stratégiques. Si la situation se prolonge, des tensions peuvent surgir. Le pire scénario serait que votre employeur en vienne à nous mettre à la porte, déçu de nos intentions ou voulant planifier la relève sans attendre.

Tout est dans la présentation

Si vous décidez de jouer franc-jeu, l’important est de trouver la manière adéquate d’annoncer votre intention de partir. Cela fera toute la différence dans l’attitude que l’employeur aura à votre égard. Certains chercheurs d’emploi, pour se préparer à cet échange délicat, demandent l’appui de professionnels : un conseiller d’orientation est alors tout indiqué pour préconiser la meilleure piste à suivre.

Voici pour exemple une entrée en matière simple, mais très convenable :

«J’apprécie l’équipe de travail et plusieurs des aspects liés à mon poste, mais j’avoue me sentir en questionnement au sujet de mon emploi. Je réalise que le poste que j’occupe ne correspond plus à mes attentes et je vais entreprendre une recherche d’emploi. Je préférais faire preuve de transparence, considérant mon respect pour toi et l’entreprise. En attendant, mon intention est de continuer à fournir une excellente prestation de travail. Comment vois-tu cela de ton côté ?»

Bien entendu, chaque cas est unique. Il est toutefois primordial de prendre le temps nécessaire pour réfléchir à votre approche et analyser la situation. Usez de courtoisie et de respect, deux qualités qui seront fort appréciées par votre interlocuteur.

Logo BrissonLegris Se chercher un emploi quand on est déjà en emploi

Mathieu Guénette est conseiller d’orientation et directeur des services professionnels chez BrissonLegris, une firme spécialisée en orientation, consultation et conception. L’entreprise aide les organisations et les individus de tous âges à planifier et développer leur parcours professionnel.

Voir toutes les chroniques de BrissonLegris

Quelle est la «compétence douce» la plus valorisée par les recruteurs?
25 mai 2015 écrit par Jobboom Blog

esprit equipe Quelle est la «compétence douce» la plus valorisée par les recruteurs?

La formation et l’expérience sont des atouts essentiels pour décrocher un emploi, mais les employeurs recherchent aussi chez les candidats des «compétences douces» – ces fameuses aptitudes qui ne s’apprennent pas à l’école, mais qui font la différence entre un bon et un excellent employé. Quelles sont exactement ces compétences si convoitées? Trois recruteurs nous disent ce qu’ils valorisent d’abord et avant tout. Prenez des notes pour votre prochaine entrevue!

Des valeurs compatibles

«Le goût du défi est indispensable! L’attitude générale du candidat doit correspondre aux valeurs mises de l’avant au sein de l’organisation. L’intelligence, l’esprit d’équipe, l’amour du travail, l’honnêteté et l’éthique professionnelle sont tous des éléments essentiels.

Certains critères sont aussi évalués en fonction du poste à pourvoir. Par exemple, pour un emploi de superviseur, nous chercherons à identifier et à évaluer les aptitudes de meneur du candidat. Par ailleurs, l’aspect qui interpelle particulièrement le recruteur lors de l’entretien d’embauche, c’est assurément le dynamisme du candidat et sa motivation envers le poste et l’organisation.»

– Annie Pellerin, vice-présidente, Ressources humaines et Communications chez Marmen

La qualité avant la quantité

«Le souci du détail, du travail bien fait du premier coup, est très important. Un travail vite fait, mais qui doit toujours être repris ou revérifié n’épargne de temps à personne. Je préfère nettement un travail qui a pris un peu plus de temps et que je peux réviser rapidement sachant que le travail est toujours bien fait, que de relire attentivement tout ce qu’il contient parce que je sais que mon employé va toujours un peu trop vite.»

– Véronique Côté, directrice des ressources humaines chez Stelpro

Un joueur d’équipe

«Nous accordons beaucoup d’importance à l’esprit d’équipe, à la loyauté et au dévouement puisque ce sont trois éléments qui sont très présents chez nos employés actuels. Ils nous permettent de bâtir des équipes solides, de mener à bien tous les projets et d’être certains que nos clients puissent avoir des produits de qualité dans les délais prévus. Ces éléments nous permettent aussi de développer la relève à l’interne et offrir des possibilités d’avancement.»

– Lucie Talbot, coordonnatrice des ressources humaines chez Spectra Premium

Pour en savoir plus

Voir d’autres articles de la série «L’avis du recruteur».

4 emplois d’été que vous pourriez décrocher dès maintenant
24 mai 2015 écrit par Jobboom Blog

etudiante contente 4 emplois d’été que vous pourriez décrocher dès maintenant

Photo : Antonio Guillem / Shutterstock

Vous êtes à la recherche d’un emploi temporaire pour faire quelques dollars cet été, en attendant le retour en classe? Voici quatre boulots parfaits pour les étudiants, que vous pourriez décrocher dès aujourd’hui!

Les emplois d’été ne sont pas à dénigrer. Ces petits boulots vous permettront d’acquérir des compétences professionnelles utiles, d’agrandir votre réseau de contacts et de préparer votre entrée prochaine sur le marché du travail.

Ces quatre types d’emploi demandent peu d’expérience préalable et pourront constituer des ajouts pertinents sur votre CV.

1. Agent au service à la clientèle

Les postes d’agent au service à la clientèle sont toujours abondants, car toutes les entreprises recherchent ce type d’employés. Ces postes exigent souvent une maîtrise du français et de l’anglais et une grande autonomie. C’est donc une occasion d’ajouter à votre CV une expérience démontrant votre bilinguisme et vos aptitudes en communication, deux compétences très recherchées par les employeurs.

Voir des postes d’agent au service à la clientèle chez Jobboom

2. Commis d’entrepôt / journalier

Si les travaux physiques ne vous rebutent pas, un poste de journalier en entrepôt ou dans une entreprise de production pourrait vous convenir. Ces emplois sont souvent contractuels, à temps plein et bien rémunérés, avec la possibilité de primes pour les quarts de soir ou de nuit, ce qui vous permettra de tirer un maximum de revenu cet été. Une expérience de journalier sur votre CV démontrera votre capacité à travailler en équipe, votre rigueur et votre souci du détail.

Voir des offres d’emploi de commis d’entrepôt et de journalier chez Jobboom

3. Commis de bureau

Plusieurs entreprises embauchent des étudiants durant l’été pour effectuer diverses tâches administratives comme de l’entrée de données, la prise d’appels, la gestion du courrier ou du classement. Une expérience dans un environnement de bureau peut être pertinente dans plusieurs domaines, car elle vous familiarise avec une forme d’organisation du travail très répandue et l’application de procédures administratives, inhérentes à de nombreux emplois.

Voir des offres d’emploi de commis de bureau chez Jobboom

4. Serveur

Avec le début de la saison touristique, les restaurants sont occupés et les besoins de personnels sont élevés. Les emplois de serveur sont intéressants pour les étudiants, car ils offrent généralement des horaires flexibles et peuvent s’avérer très payants grâce aux pourboires. Une telle expérience vous permettra de démontrer à de futurs employeurs votre capacité à travailler sous pression et à gérer plusieurs dossiers en même temps.

Voir des offres d’emploi de serveur chez Jobboom

4 emplois d’été que vous pourriez décrocher dès maintenant
23 mai 2015 écrit par Jobboom Blog

etudiante contente 4 emplois d’été que vous pourriez décrocher dès maintenant

Photo : Antonio Guillem / Shutterstock

Vous êtes à la recherche d’un emploi temporaire pour faire quelques dollars cet été, en attendant le retour en classe? Voici quatre boulots parfaits pour les étudiants, que vous pourriez décrocher dès aujourd’hui!

Les emplois d’été ne sont pas à dénigrer. Ces petits boulots vous permettront d’acquérir des compétences professionnelles utiles, d’agrandir votre réseau de contacts et de préparer votre entrée prochaine sur le marché du travail.

Ces quatre types d’emploi demandent peu d’expérience préalable et pourront constituer des ajouts pertinents sur votre CV.

1. Agent au service à la clientèle

Les postes d’agent au service à la clientèle sont toujours abondants, car toutes les entreprises recherchent ce type d’employés. Ces postes exigent souvent une maîtrise du français et de l’anglais et une grande autonomie. C’est donc une occasion d’ajouter à votre CV une expérience démontrant votre bilinguisme et vos aptitudes en communication, deux compétences très recherchées par les employeurs.

Voir des postes d’agent au service à la clientèle chez Jobboom

2. Commis d’entrepôt / journalier

Si les travaux physiques ne vous rebutent pas, un poste de journalier en entrepôt ou dans une entreprise de production pourrait vous convenir. Ces emplois sont souvent contractuels, à temps plein et bien rémunérés, avec la possibilité de primes pour les quarts de soir ou de nuit, ce qui vous permettra de tirer un maximum de revenu cet été. Une expérience de journalier sur votre CV démontrera votre capacité à travailler en équipe, votre rigueur et votre souci du détail.

Voir des offres d’emploi de commis d’entrepôt et de journalier chez Jobboom

3. Commis de bureau

Plusieurs entreprises embauchent des étudiants durant l’été pour effectuer diverses tâches administratives comme de l’entrée de données, la prise d’appels, la gestion du courrier ou du classement. Une expérience dans un environnement de bureau peut être pertinente dans plusieurs domaines, car elle vous familiarise avec une forme d’organisation du travail très répandue et l’application de procédures administratives, inhérentes à de nombreux emplois.

Voir des offres d’emploi de commis de bureau chez Jobboom

4. Serveur

Avec le début de la saison touristique, les restaurants sont occupés et les besoins de personnels sont élevés. Les emplois de serveur sont intéressants pour les étudiants, car ils offrent généralement des horaires flexibles et peuvent s’avérer très payants grâce aux pourboires. Une telle expérience vous permettra de démontrer à de futurs employeurs votre capacité à travailler sous pression et à gérer plusieurs dossiers en même temps.

Voir des offres d’emploi de serveur chez Jobboom

4 emplois d’été que vous pourriez décrocher dès maintenant
22 mai 2015 écrit par Jobboom Blog

etudiante contente 4 emplois d’été que vous pourriez décrocher dès maintenant

Photo : Antonio Guillem / Shutterstock

Vous êtes à la recherche d’un emploi temporaire pour faire quelques dollars cet été, en attendant le retour en classe? Voici quatre boulots parfaits pour les étudiants, que vous pourriez décrocher dès aujourd’hui!

Les emplois d’été ne sont pas à dénigrer. Ces petits boulots vous permettront d’acquérir des compétences professionnelles utiles, d’agrandir votre réseau de contacts et de préparer votre entrée prochaine sur le marché du travail.

Ces quatre types d’emploi demandent peu d’expérience préalable et pourront constituer des ajouts pertinents sur votre CV.

1. Agent au service à la clientèle

Les postes d’agent au service à la clientèle sont toujours abondants, car toutes les entreprises recherchent ce type d’employés. Ces postes exigent souvent une maîtrise du français et de l’anglais et une grande autonomie. C’est donc une occasion d’ajouter à votre CV une expérience démontrant votre bilinguisme et vos aptitudes en communication, deux compétences très recherchées par les employeurs.

Voir des postes d’agent au service à la clientèle chez Jobboom

2. Commis d’entrepôt / journalier

Si les travaux physiques ne vous rebutent pas, un poste de journalier en entrepôt ou dans une entreprise de production pourrait vous convenir. Ces emplois sont souvent contractuels, à temps plein et bien rémunérés, avec la possibilité de primes pour les quarts de soir ou de nuit, ce qui vous permettra de tirer un maximum de revenu cet été. Une expérience de journalier sur votre CV démontrera votre capacité à travailler en équipe, votre rigueur et votre souci du détail.

Voir des offres d’emploi de commis d’entrepôt et de journalier chez Jobboom

3. Commis de bureau

Plusieurs entreprises embauchent des étudiants durant l’été pour effectuer diverses tâches administratives comme de l’entrée de données, la prise d’appels, la gestion du courrier ou du classement. Une expérience dans un environnement de bureau peut être pertinente dans plusieurs domaines, car elle vous familiarise avec une forme d’organisation du travail très répandue et l’application de procédures administratives, inhérentes à de nombreux emplois.

Voir des offres d’emploi de commis de bureau chez Jobboom

4. Serveur

Avec le début de la saison touristique, les restaurants sont occupés et les besoins de personnels sont élevés. Les emplois de serveur sont intéressants pour les étudiants, car ils offrent généralement des horaires flexibles et peuvent s’avérer très payants grâce aux pourboires. Une telle expérience vous permettra de démontrer à de futurs employeurs votre capacité à travailler sous pression et à gérer plusieurs dossiers en même temps.

Voir des offres d’emploi de serveur chez Jobboom

5 formations gagnantes dans le secteur du tourisme et de l’hôtellerie [Infographie]
21 mai 2015 écrit par Jobboom Blog

formations gagnantes tourisme 5 formations gagnantes dans le secteur du tourisme et de l’hôtellerie [Infographie]

La planification de vos vacances vous fait rêver à un boulot dans les secteurs du tourisme et de l’hôtellerie? Bien qu’on y retrouve plusieurs emplois saisonniers, ce milieu offre toutes sortes de possibilités de carrière puisqu’il est en pleine croissance et en constante évolution.

Voici cinq formations gagnantes à considérer pour y faire votre place :

Cliquez sur l’infographie pour la visualiser en mode plein écran.

Ce secteur vous intéresse? Consultez nos offres d’emploi en restauration, hôtellerie, tourisme et loisirs.

Comment savoir si votre client vous croit?
20 mai 2015 écrit par Jobboom Blog

client doute b Comment savoir si votre client vous croit?

Bien cerner le type de client qui est devant nous est primordial en affaires. Évidemment, ce client nous évalue en retour et se demande s’il peut réellement nous faire confiance. C’est normal et sain. Mais comment savoir si notre message passe bien, si nous sommes crédible à ses yeux?

Il y a différents types de clients : le timide qui ne veut surtout pas de confrontation, le pseudo-connaisseur qui essaie de nous piéger avec une question sortie de nulle part, le vigilant qui doute de nos affirmations, l’intéressé qui veut en savoir plus, le craintif qui a peur de faire une gaffe, celui qui vient à la place de son patron, mais qui ne peut rien décider, etc.

La personnalité du client et le contexte de la relation d’affaires affecteront considérablement les stratégies de communication et de négociation qu’il emploie, de même que son langage non verbal.

C’est pourquoi il est important de noter les signaux corporels qui se manifestent chez votre interlocuteur en début de rencontre, pendant celle-ci et à la toute fin de l’échange. En observant les changements, vous serez en mesure de savoir si vous avez marqué des points ou l’inverse.

La position de départ et de fin

Si, au départ, le client prend une position assise reculée et se croise les bras, il ne faut pas s’en faire. Vous devez faire vos preuves et la partie n’est pas gagnée d’avance. Ce recul physique est compréhensible, surtout si le client vous rencontre pour la première fois ou s’il n’avait pas l’intention de conclure une entente ce jour-là.

S’il conserve cette posture durant toute la rencontre, là, il y a lieu de se questionner. Même les plus timides finissent par bouger sur leur chaise. Quand il n’y a aucun changement dans la posture, jetez un œil à l’ensemble du corps. Si les épaules sont rigides et que les mains s’agrippent aux bras du fauteuil, c’est signe d’un inconfort apparent. Détendez l’atmosphère.

Le regard

Votre interlocuteur ne vous regarde pas dans les yeux? Certains clients sont simplement timides ou vivent un stress émotif et ne sont pas à l’aise de soutenir votre regard. Par ailleurs, certaines personnes atteintes du syndrome d’Asperger (forme d’autisme), très fonctionnelles dans la vie quotidienne, ne peuvent vous regarder et vous écouter en même temps, car c’est trop distrayant ou envahissant. Acceptez ce détournement visuel. Il ne représente généralement pas un problème en soi.

Les clignements des paupières

Observez le clignement des paupières. Ce geste permet au cerveau de faire une pause pour reclasser l’information entrante et focaliser son attention. Si votre interlocuteur cligne peu ou pas des yeux, il n’y a pas de focalisation participative. Cela survient si le client n’est pas concentré sur vos propos, mais aussi s’il est en mode vigilance, c’est-à-dire s’il perçoit une menace ou s’il ne croit pas ce que vous dites. Dans ce cas, il diminuera son clignement de paupières et vous fixera davantage. Il cherchera des indices lui permettant de déceler le mensonge.

L’éloignement de petits objets

Observez les objets que votre client déplace. En effet, s’il a un verre d’eau ou un crayon sur la table devant lui et qu’il rejette vos propos, il est possible qu’il manifeste son désaccord en éloignant de lui (vers le côté) ces objets. Il pourra aussi les tenir dans ses mains pour gérer un stress ou un inconfort (geste d’ancrage).

couvert je lis en vous Comment savoir si votre client vous croit?

Annabelle Boyer, CRHA est spécialiste de la synergologie, la lecture du non verbal. Elle est auteure des livres Relations sous emprise et Je lis en vous… savez-vous lire en moi? chez Béliveau Éditeur. Elle dirige également ABC Solution, une firme spécialisée en développement organisationnel et en ressources humaines.

Voir tous les articles d’Annabelle Boyer chez Jobboom

Les quatre conséquences d’une mauvaise embauche
19 mai 2015 écrit par Jobboom Blog

employe paresseux patron fache Les quatre conséquences d’une mauvaise embauche

Image : cmgirl / Shutterstock

Si vous aviez la possibilité de recommencer votre processus de recrutement, réembaucheriez-vous la même personne? Si votre réponse est non, c’est que vous considérez avoir fait une erreur de recrutement.

Aucun gestionnaire n’est à l’abri d’une mauvaise embauche. L’empressement, le manque de rigueur dans la sélection des candidats, les entrevues non structurées et l’inexpérience sont des facteurs qui peuvent occasionner une mauvaise embauche. En comprenant un peu mieux les conséquences que cela entraîne, vous serez sans doute plus vigilant la prochaine fois.

1. Des conséquences pour l’organisation

Inévitablement, une mauvaise embauche entraîne des coûts supplémentaires à plusieurs niveaux. À lui seul, le processus de recrutement pour remplacer l’employé inadéquat peut occasionner une nouvelle dépense de plusieurs milliers de dollars. Une embauche ratée signifie aussi la perte des investissements engagés pour sa formation et la perte des heures investies par le compagnon ou le tuteur, et par le gestionnaire pour l’encadrement et les suivis.

L’impact sur les clients est aussi un enjeu important à considérer. Les clients, externes ou internes, aiment connaître la personne avec qui ils discutent et apprécient qu’une relation d’affaires soit stable. Si la communication et la relation de confiance sont difficiles à établir entre le client et l’employé inadéquat, il y a fort à parier que le client sera tenté d’aller voir ailleurs.

2. Des conséquences pour l’équipe

L’employé qui s’avère décevant à la suite de son embauche nuit à la vitesse de croisière de son équipe et restreint son potentiel de développement. Si l’employé n’est pas en mesure de bien faire le travail attendu, ou s’il n’a pas l’attitude requise pour le poste, les autres membres de l’équipe doivent compenser ses faiblesses, ce qui peut occasionner de la frustration, du découragement et aussi de l’épuisement chez certains. Il y a un risque de démobilisation de l’équipe.

3. Des conséquences pour le gestionnaire

Plusieurs personnes subissent les contrecoups d’une erreur de recrutement – les collègues, les usagers, les fournisseurs, les partenaires, les clients. Le gestionnaire subit donc la pression de corriger la situation et de minimiser les impacts sur la production ou la prestation de services. Sa crédibilité peut être entachée temporairement s’il tarde à réagir.

4. Des conséquences pour l’employé

L’employé inadéquat ne peut pas s’épanouir dans son environnement de travail s’il ne répond pas aux attentes et se sait vulnérable dans les circonstances. Une mauvaise embauche occasionne toujours un coût élevé pour l’employé lui-même, que ce soit pour sa progression de carrière, la perturbation émotionnelle qu’il subit ou l’impact financier lié à la perte éventuelle de son emploi.

Considérant les conséquences d’une mauvaise embauche, il importe de limiter les erreurs de recrutement. Prenez donc le temps de clarifier votre besoin, soyez rigoureux dans votre sélection des candidats et planifiez soigneusement vos entrevues. La sélection du personnel joue un rôle déterminant dans le développement de votre organisation. Ne vous contentez pas de peu!

logo cib Les quatre conséquences d’une mauvaise embauche

Isabelle Bédard, MBA, CRHA, Adm.A et C.M.C., est présidente-directrice générale de CIB Développement organisationnel. Depuis 1998, l’entreprise accompagne les gestionnaires et dirigeants dans la saine gestion de leurs équipes de travail en offrant un service de recrutement et conseils en gestion des ressources humaines.

Voir toutes les chroniques d’Isabelle Bédard

Les offres d’emploi les plus populaires, du 9 au 16 mai 2015
18 mai 2015 écrit par Jobboom Blog

top 10 01 Les offres d’emploi les plus populaires, du 9 au 16 mai 2015

Illustration : iCreative3D / Shutterstock

Jobboom présente les 10 offres d’emploi les plus lues dans son site, du 9 au 16 mai 2015 (semaine 20).

  1. Commis aux comptes fournisseurs
    Laura Canada
    Autres emplois en comptabilité, finance et assurance

  2. Commis de bureau – RéceptionSecteur – technologies de l’information (Employeur confidentiel)Autres emplois en soutien administratif
  3. Préposé aux ressources matérielles et salle de courrier
    Groupe TVAAutres emplois en soutien administratif
  4. Commis comptable
    Communication-Production graphique (Employeur confidentiel)Autres emplois en comptabilité, finance et assurance

  5. Commis comptable junior
    Solutions MetrixAutres emplois en comptabilité, finance et assurance

  6. Adjoint(e) de directionCollège Notre-DameAutres emplois en soutien administratif
  7. Technicien en administration-comptabilité
    Loto-Québec et ses filialesAutres emplois en comptabilité, finance et assurance
  8. Adjoint(e) aux programmes
    Conseil des arts et des lettres du QuébecAutres emplois en soutien administratif

  9. Commis à l’administration et en ressources humainesRebuts Solides Canadiens Inc. (Groupe Tiru)Autres emplois en soutien administratif
  10. Secrétaire – adjointe administrative
    Syndicat de l’enseignement de la région de QuébecAutres emplois en soutien administratif

Jobboom vous propose aussi

Pour mettre toutes les chances de votre côté

  • La trousse du chercheur d’emploi actifJobboom met à votre disposition une panoplie d’outils et de conseils couvrant tous les aspects de la recherche d’emploi et qui vous aideront à structurer votre démarche d’emploi.
  • La base de la recherche d’emploiComment définir ses objectifs, où trouver des offres d’emploi et bien préparer sa candidature.
  • La base du CVLes différents modèles de CV, comment élaborer la lettre de présentation, les éléments à retenir et à éviter.
  • La base de l’entrevue d’embaucheComment déjouer les questions-pièges, bien préparer l’entrevue et adopter la bonne attitude.
Les offres d’emploi les plus populaires, du 9 au 16 mai 2015
17 mai 2015 écrit par Jobboom Blog

top 10 01 Les offres d’emploi les plus populaires, du 9 au 16 mai 2015

Illustration : iCreative3D / Shutterstock

Jobboom présente les 10 offres d’emploi les plus lues dans son site, du 9 au 16 mai 2015 (semaine 20).

  1. Commis aux comptes fournisseurs
    Laura Canada
    Autres emplois en comptabilité, finance et assurance

  2. Commis de bureau – RéceptionSecteur – technologies de l’information (Employeur confidentiel)Autres emplois en soutien administratif
  3. Préposé aux ressources matérielles et salle de courrier
    Groupe TVAAutres emplois en soutien administratif
  4. Commis comptable
    Communication-Production graphique (Employeur confidentiel)Autres emplois en comptabilité, finance et assurance

  5. Commis comptable junior
    Solutions MetrixAutres emplois en comptabilité, finance et assurance

  6. Adjoint(e) de directionCollège Notre-DameAutres emplois en soutien administratif
  7. Technicien en administration-comptabilité
    Loto-Québec et ses filialesAutres emplois en comptabilité, finance et assurance
  8. Adjoint(e) aux programmes
    Conseil des arts et des lettres du QuébecAutres emplois en soutien administratif

  9. Commis à l’administration et en ressources humainesRebuts Solides Canadiens Inc. (Groupe Tiru)Autres emplois en soutien administratif
  10. Secrétaire – adjointe administrative
    Syndicat de l’enseignement de la région de QuébecAutres emplois en soutien administratif

Jobboom vous propose aussi

Pour mettre toutes les chances de votre côté

  • La trousse du chercheur d’emploi actifJobboom met à votre disposition une panoplie d’outils et de conseils couvrant tous les aspects de la recherche d’emploi et qui vous aideront à structurer votre démarche d’emploi.
  • La base de la recherche d’emploiComment définir ses objectifs, où trouver des offres d’emploi et bien préparer sa candidature.
  • La base du CVLes différents modèles de CV, comment élaborer la lettre de présentation, les éléments à retenir et à éviter.
  • La base de l’entrevue d’embaucheComment déjouer les questions-pièges, bien préparer l’entrevue et adopter la bonne attitude.

First Column of Stuff

  • Here is some stuff.
  • And some more stuff
  • Still more stuff

Second Column of Stuff

  • Here is some stuff.
  • And some more stuff
  • Still more stuff

Third Column of Stuff

  • Here is some stuff.
  • And some more stuff
  • Still more stuff

LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com