---------------------------

François-Xavier Harbec, conseiller en emploi

Site en construction, nouveautés en 2015! Développement de carrière Québec, Canada

Offres d'emplois / Amélioration du français au bureau / À propos

Plus de 600 millions supplémentaires en éducation
28 mars 2017 écrit par Cyberpresse

Les budgets combinés de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, d’un peu plus de 17 milliards l’année dernière, passeront à 19 milliards en 2019-2020. Sur trois ans, la croissance des dépenses à ce poste sera de 3,5%, l’engagement pris par les libéraux en campagne électorale. Mais pour 2017-2018, le coup d’accélérateur fera grimper de plus de 4% les budgets de Sébastien Proulx (Éducation) et d’Hélène David (Enseignement supérieur).

Ces budgets n’iront pas aux immobilisations, à la construction ou à la rénovation des écoles. L’essentiel de ces fonds permettra l’embauche de professeurs, de professionnels ou de techniciens. La marge de manoeuvre permettra d’embaucher, dès septembre prochain, plus de 1500 personnes dans le réseau. L’automne dernier, à la mise à jour économique, le gouvernement avait déjà annoncé 110 millions de plus en éducation.

Dans une entrevue à La Presse, en février, le ministre des Finances, Carlos Leitão, avait fait savoir que son budget serait l’occasion d’un coup de barre en faveur de l’éducation et de la formation de la main-d’oeuvre. C’est aussi le message passé dans les derniers jours, en privé, par le premier ministre Couillard aux organisations patronales et aux chambres de commerce. Comme à Ottawa, une attention spéciale sera aussi prévue pour favoriser l’innovation et conférer à Montréal un rôle de premier plan dans le développement de «l’intelligence artificielle».

En Santé, la hausse du budget sera de 4%, a déjà indiqué le premier ministre Couillard au moment de l’annonce du niveau des transferts par le gouvernement fédéral.

***

Aide aux journaux

Cédant à une demande pressante des médias qui n’ont pas pris encore le virage numérique, le gouvernement accordera une subvention pour favoriser la diffusion numérisée des contenus. Pour les journaux traditionnels, Québec réduira la taxe qu’il prélève pour le recyclage du papier, une façon de réduire leurs dépenses au prorata de leur activité. Ces deux mesures signifient une aide de 40 millions environ sur les cinq prochaines années. La demande avait été transmise au ministère de la Culture, mais c’est celui du Développement économique qui appliquera le volet informatique.

Médecins

Québec l’a maintes fois répété : le rattrapage salarial promis aux médecins en 2006 est désormais atteint. Leur part du budget de la Santé n’augmentera pas. Ces derniers devront renoncer à la « clause remorque » qui leur donnait automatiquement les mêmes augmentations que l’ensemble du secteur public, a confié une source au sein du gouvernement.

Taxe santé

Comme l’a révélé La Presse il y a deux semaines, Québec va tout de suite abolir la taxe santé prévue pour 2016, qui devait être la dernière année de contribution. La réduction de taxe de 450 millions environ aidera à réduire l’embarrassant surplus de 2016 – 2,3 milliards après neuf mois d’exercice -, une situation difficile à concilier avec les deux années de restrictions budgétaires imposées par le gouvernement Couillard.

Dépenses devancées

Pour réduire le surplus de l’année 2016-2017, le gouvernement a aussi décidé de devancer une longue liste de dépenses, d’achat d’équipements. On a même déjà inscrit le dépassement probable de la facture pour deux traversiers – 100 millions de plus que prévu. Total de ces dépenses anticipées : plus de 400 millions!

Transports collectifs

Québec va établir à 1,3 milliard sa contribution dans le Réseau électrique métropolitain, un projet de 6 milliards, selon les chiffres mis à jour par le président de la Caisse de dépôt, Michael Sabia, la semaine dernière. On s’attend à un engagement comparable d’Ottawa – même si le budget Morneau de la semaine dernière n’a pas fourni de chiffres. Deux autres projets de transports collectifs mis en priorité par Québec, le prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal et le Service rapide par bus pour Québec, grimperont d’un échelon dans le Plan québécois des infrastructures, passant de projets à l’étude à projets «en réalisation». La décision donne le feu vert pour la préparation des plans et devis, sans qu’on ait à inscrire des coûts dans les équilibres du gouvernement.

Quelles sont les mesures en place pour traiter les agressions sexuelles?
28 mars 2017 écrit par Le Devoir

OU

Abonné papier? Créez votre compte
Abonnez-vous

Plus de 600 millions supplémentaires en éducation
27 mars 2017 écrit par Cyberpresse

Les budgets combinés de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, d’un peu plus de 17 milliards l’année dernière, passeront à 19 milliards en 2019-2020. Sur trois ans, la croissance des dépenses à ce poste sera de 3,5%, l’engagement pris par les libéraux en campagne électorale. Mais pour 2017-2018, le coup d’accélérateur fera grimper de plus de 4% les budgets de Sébastien Proulx (Éducation) et d’Hélène David (Enseignement supérieur).

Ces budgets n’iront pas aux immobilisations, à la construction ou à la rénovation des écoles. L’essentiel de ces fonds permettra l’embauche de professeurs, de professionnels ou de techniciens. La marge de manoeuvre permettra d’embaucher, dès septembre prochain, plus de 1500 personnes dans le réseau. L’automne dernier, à la mise à jour économique, le gouvernement avait déjà annoncé 110 millions de plus en éducation.

Dans une entrevue à La Presse, en février, le ministre des Finances, Carlos Leitão, avait fait savoir que son budget serait l’occasion d’un coup de barre en faveur de l’éducation et de la formation de la main-d’oeuvre. C’est aussi le message passé dans les derniers jours, en privé, par le premier ministre Couillard aux organisations patronales et aux chambres de commerce. Comme à Ottawa, une attention spéciale sera aussi prévue pour favoriser l’innovation et conférer à Montréal un rôle de premier plan dans le développement de «l’intelligence artificielle».

En Santé, la hausse du budget sera de 4%, a déjà indiqué le premier ministre Couillard au moment de l’annonce du niveau des transferts par le gouvernement fédéral.

***

Aide aux journaux

Cédant à une demande pressante des médias qui n’ont pas pris encore le virage numérique, le gouvernement accordera une subvention pour favoriser la diffusion numérisée des contenus. Pour les journaux traditionnels, Québec réduira la taxe qu’il prélève pour le recyclage du papier, une façon de réduire leurs dépenses au prorata de leur activité. Ces deux mesures signifient une aide de 40 millions environ sur les cinq prochaines années. La demande avait été transmise au ministère de la Culture, mais c’est celui du Développement économique qui appliquera le volet informatique.

Médecins

Québec l’a maintes fois répété : le rattrapage salarial promis aux médecins en 2006 est désormais atteint. Leur part du budget de la Santé n’augmentera pas. Ces derniers devront renoncer à la « clause remorque » qui leur donnait automatiquement les mêmes augmentations que l’ensemble du secteur public, a confié une source au sein du gouvernement.

Taxe santé

Comme l’a révélé La Presse il y a deux semaines, Québec va tout de suite abolir la taxe santé prévue pour 2016, qui devait être la dernière année de contribution. La réduction de taxe de 450 millions environ aidera à réduire l’embarrassant surplus de 2016 – 2,3 milliards après neuf mois d’exercice -, une situation difficile à concilier avec les deux années de restrictions budgétaires imposées par le gouvernement Couillard.

Dépenses devancées

Pour réduire le surplus de l’année 2016-2017, le gouvernement a aussi décidé de devancer une longue liste de dépenses, d’achat d’équipements. On a même déjà inscrit le dépassement probable de la facture pour deux traversiers – 100 millions de plus que prévu. Total de ces dépenses anticipées : plus de 400 millions!

Transports collectifs

Québec va établir à 1,3 milliard sa contribution dans le Réseau électrique métropolitain, un projet de 6 milliards, selon les chiffres mis à jour par le président de la Caisse de dépôt, Michael Sabia, la semaine dernière. On s’attend à un engagement comparable d’Ottawa – même si le budget Morneau de la semaine dernière n’a pas fourni de chiffres. Deux autres projets de transports collectifs mis en priorité par Québec, le prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal et le Service rapide par bus pour Québec, grimperont d’un échelon dans le Plan québécois des infrastructures, passant de projets à l’étude à projets «en réalisation». La décision donne le feu vert pour la préparation des plans et devis, sans qu’on ait à inscrire des coûts dans les équilibres du gouvernement.

Plus de 600 millions supplémentaires en éducation
27 mars 2017 écrit par Cyberpresse

Les budgets combinés de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, d’un peu plus de 17 milliards l’année dernière, passeront à 19 milliards en 2019-2020. Sur trois ans, la croissance des dépenses à ce poste sera de 3,5%, l’engagement pris par les libéraux en campagne électorale. Mais pour 2017-2018, le coup d’accélérateur fera grimper de plus de 4% les budgets de Sébastien Proulx (Éducation) et d’Hélène David (Enseignement supérieur).

Ces budgets n’iront pas aux immobilisations, à la construction ou à la rénovation des écoles. L’essentiel de ces fonds permettra l’embauche de professeurs, de professionnels ou de techniciens. La marge de manoeuvre permettra d’embaucher, dès septembre prochain, plus de 1500 personnes dans le réseau. L’automne dernier, à la mise à jour économique, le gouvernement avait déjà annoncé 110 millions de plus en éducation.

Dans une entrevue à La Presse, en février, le ministre des Finances, Carlos Leitão, avait fait savoir que son budget serait l’occasion d’un coup de barre en faveur de l’éducation et de la formation de la main-d’oeuvre. C’est aussi le message passé dans les derniers jours, en privé, par le premier ministre Couillard aux organisations patronales et aux chambres de commerce. Comme à Ottawa, une attention spéciale sera aussi prévue pour favoriser l’innovation et conférer à Montréal un rôle de premier plan dans le développement de «l’intelligence artificielle».

En Santé, la hausse du budget sera de 4%, a déjà indiqué le premier ministre Couillard au moment de l’annonce du niveau des transferts par le gouvernement fédéral.

***

Aide aux journaux

Cédant à une demande pressante des médias qui n’ont pas pris encore le virage numérique, le gouvernement accordera une subvention pour favoriser la diffusion numérisée des contenus. Pour les journaux traditionnels, Québec réduira la taxe qu’il prélève pour le recyclage du papier, une façon de réduire leurs dépenses au prorata de leur activité. Ces deux mesures signifient une aide de 40 millions environ sur les cinq prochaines années. La demande avait été transmise au ministère de la Culture, mais c’est celui du Développement économique qui appliquera le volet informatique.

Médecins

Québec l’a maintes fois répété : le rattrapage salarial promis aux médecins en 2006 est désormais atteint. Leur part du budget de la Santé n’augmentera pas. Ces derniers devront renoncer à la « clause remorque » qui leur donnait automatiquement les mêmes augmentations que l’ensemble du secteur public, a confié une source au sein du gouvernement.

Taxe santé

Comme l’a révélé La Presse il y a deux semaines, Québec va tout de suite abolir la taxe santé prévue pour 2016, qui devait être la dernière année de contribution. La réduction de taxe de 450 millions environ aidera à réduire l’embarrassant surplus de 2016 – 2,3 milliards après neuf mois d’exercice -, une situation difficile à concilier avec les deux années de restrictions budgétaires imposées par le gouvernement Couillard.

Dépenses devancées

Pour réduire le surplus de l’année 2016-2017, le gouvernement a aussi décidé de devancer une longue liste de dépenses, d’achat d’équipements. On a même déjà inscrit le dépassement probable de la facture pour deux traversiers – 100 millions de plus que prévu. Total de ces dépenses anticipées : plus de 400 millions!

Transports collectifs

Québec va établir à 1,3 milliard sa contribution dans le Réseau électrique métropolitain, un projet de 6 milliards, selon les chiffres mis à jour par le président de la Caisse de dépôt, Michael Sabia, la semaine dernière. On s’attend à un engagement comparable d’Ottawa – même si le budget Morneau de la semaine dernière n’a pas fourni de chiffres. Deux autres projets de transports collectifs mis en priorité par Québec, le prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal et le Service rapide par bus pour Québec, grimperont d’un échelon dans le Plan québécois des infrastructures, passant de projets à l’étude à projets «en réalisation». La décision donne le feu vert pour la préparation des plans et devis, sans qu’on ait à inscrire des coûts dans les équilibres du gouvernement.

Quelles sont les mesures en place pour traiter les agressions sexuelles?
27 mars 2017 écrit par Le Devoir

OU

Abonné papier? Créez votre compte
Abonnez-vous

Des robots pour contrer le décrochage scolaire
26 mars 2017 écrit par Cyberpresse

« Nous avons deux objectifs. Contrer le décrochage scolaire, et promouvoir les sciences et la technologie en outillant les jeunes pour qu’ils développent des aspirations et des compétences dans ces domaines », explique Gabriel Bran Lopez, cofondateur de Robotique FIRST Québec, l’organisation derrière le Festival de la robotique. FIRST, pour « Favoriser l’inspiration et la reconnaissance des sciences et de la technologie », est un regroupement de grandes entreprises, d’universités, de commissions scolaires ainsi que du gouvernement du Québec et des villes de Montréal et Québec.

En septembre dernier, les élèves d’écoles secondaires des quatre coins du Québec, en plus d’une poignée venant de la France et des États-Unis, ont commencé à être initiés à la mécanique, à l’électronique et à l’informatique. En janvier, la compétition a été lancée. Le thème du concours de cette sixième présentation de l’événement a été dévoilé et les élèves avaient 45 jours pour construire un robot capable d’y participer.

Le thème de cette année : la vapeur. Au centre d’un gymnase se trouvent deux tours faisant office de ballons dirigeables. Les robots doivent les alimenter en combustible en lançant des balles dans des seaux, mais, surtout, en leur fournissant des engrenages qui leur permettront d’actionner des hélices. Sur place, les robots filent dans toutes les directions dans un ballet d’abord difficile à décoder, mais qui finit par happer les spectateurs.

Les Phéminix, de l’école Marguerite-De Lajemmerais, à Montréal, forment la seule équipe entièrement constituée de filles de toute la compétition. Elles sont une vingtaine, toutes vêtues de rose, et ne passent pas inaperçues. « On brise tous les stéréotypes sur les filles et la techno, dit fièrement à La Presse Nouha Doghri, une élève de quatrième secondaire. Et ça crée beaucoup de solidarité, il y a une bonne ambiance entre nous. »

Anthony Daunais, à gauche, et Philippe-Antoine Gadoury, à droite, font partie de l’équipe Les Patenteux, de l’école secondaire de la Pointe-aux-Trembles. Ils font les derniers ajustements sur leur robot avant de le lancer dans la mêlée.

Pendant les 15 premières secondes de la compétition, les robots évoluent selon une trajectoire préprogrammée par les élèves. Puis ceux-ci en prennent le contrôle avec des manettes afin de les diriger. Les fondateurs de la compétition québécoise sont Fusion Jeunesse, organisme qui lutte contre le décrochage scolaire, Bombardier, BMO et l’Université de Sherbrooke.

La compétition se déroule grâce à des centaines de bénévoles, dont des employés de grandes entreprises comme CAE et Pratt  Whitney Canada. À elle seule, Bombardier a délégué 100 employés sur place pour le week-end, selon l’organisateur Gabriel Bran Lopez. « On veut exposer les jeunes à des mentors en science et en technologie, dit-il. Les jeunes ont beaucoup de modèles parmi les artistes et les sportifs, mais peu parmi les scientifiques. »

Annonceur maison qui décrit l’action en direct, arbitres qui distribuent des cartons jaunes si les règles ne sont pas respectées, écran géant, partisans qui soutiennent leur équipe à grands cris : la compétition a des allures de tournoi sportif et est prise très au sérieux. Six robots, regroupés en deux équipes, s’affrontent en tout temps sur l’aire de jeu.

Les engrenages sont au coeur de la stratégie des équipes. Les robots doivent les cueillir sur les côtés de l’aire de jeu, puis les amener vers les dirigeables, ou des équipiers les hissent à bord. Ces engrenages permettent d’actionner des hélices qui, lorsqu’elles tournent, donnent de précieux points aux équipes.

Brendon Desrosiers, 17 ans, un élève de la polyvalente de Matane. Il a fait le voyage à Montréal avec son équipe, les Supertronix, qui espèrent se distinguer des 47 autres groupes qui prennent part à la compétition.

« On veut rendre les sciences et les technologies réelles, concrètes et humaines, dit Gabriel Bran Lopez, qui est aussi président fondateur de Fusion Jeunesse. On établit des contacts intergénérationnels. Il y a un volet pour les jeunes du primaire, il y a les élèves du secondaire, et on a des mentors parmi des gens du cégep, de l’université et de l’industrie. »

Les gagnants de la compétition de ce week-end iront se mesurer à des élèves d’une quarantaine de pays à St. Louis, aux États-Unis, à la fin avril. Pas moins de 30 000 jeunes et 65 000 spectateurs y sont attendus.

Quelles sont les mesures en place pour traiter les agressions sexuelles?
26 mars 2017 écrit par Le Devoir

OU

Abonné papier? Créez votre compte
Abonnez-vous

Rénovation d’écoles: Québec déboursera 655 millions d’ici la fin de l’année
25 mars 2017 écrit par Cyberpresse

Sébastien Proulx, ministre de l’Éducation, en a fait l’annonce ce matin à l’école primaire Sainte-Bibiane, qui a dû être fermée il y a trois ans et qui sera rénovée.

Les cinq commissions scolaires de l’île de Montréal, où les écoles sont particulièrement délabrées, se partageront 240 millions. La liste des écoles qui bénéficiera de ces sommes n’a pas été dévoilée.

À la Commission scolaire de Montréal, les plus gros morceaux sont les écoles Sainte-Catherine-de-Sienne (Notre-Dame-de-Grâce), Sainte-Bibiane (Rosemont) et Sainte-Lucie (Saint-Michel) qui seront reconstruites.« Des écoles fermées ou en mauvais état, c’est inacceptable, a dit le ministre Proulx. Nous devons nous assurer d’offrir des environnements sains, sécuritaires et stimulants aux élèves qui les fréquentent. »

François Croteau, le maire de l’arrondissement Rosemont-La-Petite-Patrie, a salué la bonne nouvelle, mais n’a pas caché que ce serait loin d’être suffisant. « L’annonce d’aujourd’hui ne fait que juguler l’hémorragie et ne prévoit pas d’agrandissement. Or, uniquement dans le secteur Rosemont-Angus, il y a 2000 logements en construction et, dans un an ou deux, on va se retrouver avec un problème majeur. Il faudrait que le gouvernement cesse d’attendre les statistiques officielles sur les résidants et qu’on travaille ensemble sur des projections. »

Quelles sont les mesures en place pour traiter les agressions sexuelles?
25 mars 2017 écrit par Le Devoir

OU

Abonné papier? Créez votre compte
Abonnez-vous

Rénovation d’écoles: Québec déboursera 655 millions d’ici la fin de l’année
24 mars 2017 écrit par Cyberpresse

Sébastien Proulx, ministre de l’Éducation, en a fait l’annonce ce matin à l’école primaire Sainte-Bibiane, qui a dû être fermée il y a trois ans et qui sera rénovée.

Les cinq commissions scolaires de l’île de Montréal, où les écoles sont particulièrement délabrées, se partageront 240 millions. La liste des écoles qui bénéficiera de ces sommes n’a pas été dévoilée.

À la Commission scolaire de Montréal, les plus gros morceaux sont les écoles Sainte-Catherine-de-Sienne (Notre-Dame-de-Grâce), Sainte-Bibiane (Rosemont) et Sainte-Lucie (Saint-Michel) qui seront reconstruites.« Des écoles fermées ou en mauvais état, c’est inacceptable, a dit le ministre Proulx. Nous devons nous assurer d’offrir des environnements sains, sécuritaires et stimulants aux élèves qui les fréquentent. »

François Croteau, le maire de l’arrondissement Rosemont-La-Petite-Patrie, a salué la bonne nouvelle, mais n’a pas caché que ce serait loin d’être suffisant. « L’annonce d’aujourd’hui ne fait que juguler l’hémorragie et ne prévoit pas d’agrandissement. Or, uniquement dans le secteur Rosemont-Angus, il y a 2000 logements en construction et, dans un an ou deux, on va se retrouver avec un problème majeur. Il faudrait que le gouvernement cesse d’attendre les statistiques officielles sur les résidants et qu’on travaille ensemble sur des projections. »

Vers un Conseil des universités doté de réels pouvoirs
24 mars 2017 écrit par Le Devoir

Un groupe de travail recommande la création d’un Conseil des universités doté d’une série de pouvoirs, dont celui de forcer les universités et le ministère de l’Enseignement supérieur à ouvrir leurs livres pour rendre des comptes sur leur efficacité.

 

Ce futur Conseil pourrait « réaliser les études, les analyses et les recherches requises pour analyser périodiquement l’évolution des ressources […] des établissements universitaires pour la réalisation de leur mission », indique un rapport de 174 pages dévoilé jeudi par Claude Corbo, ex-recteur de l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

 

Cet organisme indépendant deviendrait une véritable « autorité » en enseignement supérieur, a précisé M. Corbo lors d’un point de presse à Québec, jeudi.

 

« Le Conseil des universités disposerait d’un ensemble de pouvoirs, notamment l’adoption de règlements. Un pouvoir important à mon avis devrait être accordé par la loi créant le Conseil : le droit d’aller chercher de l’information dans les universités et même dans le ministère pour qu’on puisse se faire une représentation aussi précise que possible de la réalité dans les universités », a-t-il dit.

 

Le Conseil aurait le mandat de dresser d’ici deux ans un portrait complet des universités québécoises — notamment leur financement, indique le rapport.

 

La création d’un Conseil des collèges a aussi été recommandée jeudi à la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David. Elle compte « passer rapidement à l’action à la lumière des recommandations formulées et de ce qui fait consensus, comme je m’y suis engagée ».

 

La création de ces deux conseils, chargés notamment d’analyser les établissements d’enseignement postsecondaire et de faire des recommandations à la ministre, fait l’objet d’un consensus. Il s’agit même d’un retour à la case départ, puisqu’un Conseil des universités et un Conseil des collèges ont existé entre 1968 et 1993.

 

Ces organismes indépendants serviront non seulement à améliorer la reddition de comptes des établissements, mais aussi à favoriser les « échanges » entre partenaires de l’enseignement supérieur, a précisé Claude Corbo. Est-ce que les conseils auraient pu prévenir les crises étudiantes récentes ? lui a-t-on demandé.

 

« Je pense que ça dépend largement des crises, ça dépend de la conjoncture, mais je pense qu’un conseil des universités, par rapport à des événements que nous avons connus dans le passé, aurait pu être un lieu d’échanges moins polarisé, moins conflictuel qu’ailleurs. Ça ne prévient pas des crises, mais ça peut peut-être voir venir de loin ce qui pourrait un jour donner naissance à des crises. »

 

Le Conseil supérieur de l’éducation (CSE) a émis de sérieuses réserves au sujet de la création d’un Conseil des universités, et pour cause : le CSE perdrait le pouvoir de faire des recommandations à propos de l’enseignement universitaire. Un gros morceau, notent en privé des observateurs du milieu universitaire. Claude Corbo affirme que le CSE garderait sa pertinence malgré ce pouvoir amputé.

Affaire Maclean’s: Andrew Potter quitte son poste de directeur à McGill
23 mars 2017 écrit par Cyberpresse

Sur Twitter, M. Potter a dit prendre cette décision «dans la foulée de réactions négatives au sein de la communauté universitaire et l’opinion publique».

«J’en suis venu à la conclusion que la crédibilité de l’Institut bénéficierait de ma démission», a-t-il écrit.

L’homme entend toutefois conserver son poste de professeur à l’université.

Dans son texte publié lundi dans Maclean’s, il avance que le cafouillage entourant le déneigement de l’autoroute 13 est une conséquence de «l’absence de solidarité» de la société québécoise, qu’il qualifie de «pathologiquement aliénée».

Il s’était excusé avant-hier, admettant que son texte contenait «une certaine rhétorique qui va au-delà de ce qui est justifié par les faits ou par mes propres convictions».

«Le premier devoir de l’écrivain politique est de rendre compte de sa communauté à elle-même, pouvait-on lire sur le compte Facebook. Bien évidemment, j’ai échoué. Quand les gens que vous lisez et le respect vous disent qu’ils ne reconnaissent pas leur société dans votre description, cela indique un échec de l’empathie et de l’imagination, et il est temps de reprendre un pas en arrière.»

La démission de M. Potter a rapidement eu des échos à l’Assemblée nationale, où son texte avait été unanimement critiqué plus tôt cette semaine.

«Il a fait un choix, qui est un choix personnel, a déclaré le leader parlementaire du gouvernement Couillard, Jean-Marc Fournier. Nous, on a fait des commentaires, il s’en était excusé. Pour le reste, il faut lui demander à lui.»

Le député de Québec solidaire, Amir Khadir, a de nouveau déploré le texte de M. Potter, qu’il associe à du «Québec-bashing». Il a néanmoins salué le geste du chercheur.

«Je trouve qu’il y a un geste honorable au moins dans le fait qu’il offre sa démission, ce qu’on ne voit pas assez souvent ici, au sein de l’Assemblée nationale», a dit M. Khadir.

– Avec la collaboration de Martin Croteau


First Column of Stuff

  • Here is some stuff.
  • And some more stuff
  • Still more stuff

Second Column of Stuff

  • Here is some stuff.
  • And some more stuff
  • Still more stuff

Third Column of Stuff

  • Here is some stuff.
  • And some more stuff
  • Still more stuff

LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com