---------------------------

François-Xavier Harbec, conseiller en emploi

Site en construction, nouveautés en 2015! Développement de carrière Québec, Canada

Offres d'emplois / Amélioration du français au bureau / À propos

De plus en plus d’Américains envisagent de venir étudier au Canada
14 janvier 2017 écrit par Cyberpresse

Du Québec à la Colombie-Britannique, des universités canadiennes disent constater un plus grand trafic sur leurs sites Internet de la part d’internautes américains depuis le 8 novembre. Plusieurs ont également dit recevoir davantage de candidatures en provenance des États-Unis.

Si de nombreux établissements canadiens ont accru leurs efforts de recrutement aux États-Unis, plusieurs font valoir que la victoire de Donald Trump a propulsé l’intérêt des étudiants pour les universités canadiennes d’une façon qui surpasse leurs attentes.

Lara Godoff, une jeune femme de 17 ans originaire de Napa, en Californie, raconte avoir exclu toute possibilité de rester aux États-Unis au lendemain de la présidentielle.

Cette électrice démocrate craint notamment que les lois fédérales relatives aux agressions sexuelles soient assouplies par l’administration de Donald Trump et que les campus deviennent ainsi moins sûrs pour les femmes.

« Si nous vivons dans un pays où tant de personnes ont pu élire Donald Trump, ce n’est pas un pays dans lequel je veux vivre », a-t-elle dit.

Les demandes d’admission en provenance des États-Unis reçues par l’Université de Toronto ont augmenté de 70 % depuis l’an dernier. Plusieurs autres établissements canadiens ont quant à eux observé une hausse de 20 % à ce chapitre.

L’Université McMaster, à Hamilton, en Ontario, a pour sa part enregistré une hausse de 34 pour cent.

« Nous ne pouvons ignorer les résultats de l’élection, mais je pense qu’il y a d’autres facteurs qui attirent les étudiants à notre université », a de son côté relevé une responsable du recrutement au sein des programmes de premier cycle de l’Université McGill, à Montréal, Jennifer Peterman.

Les étudiants sont aussi attirés par la diversité au sein de l’établissement et par le coût de la vie moins élevé au Canada, a-t-elle fait valoir.

Au sud de la frontière, certains responsables d’établissements universitaires estiment que les étudiants étrangers évitent d’aller aux États-Unis puisqu’ils craignent d’être déportés ou que leur sécurité soit menacée. Ils opteraient ainsi pour le Canada ou l’Australie, a-t-on indiqué.

Des établissements canadiens ont d’ailleurs remarqué un intérêt grandissant en provenance de la Chine, de l’Inde et du Pakistan.

S’il est encore trop tôt pour savoir combien d’Américains feront leur entrée dans des universités canadiennes l’automne prochain, certains établissements anticipent une hausse, vu l’effervescence observée présentement.

Le Canada n’a jamais été, traditionnellement, une destination très populaire auprès des étudiants issus des États-Unis. En 2014, quelque 9000 Américains ont fréquenté des établissements canadiens, tandis que 57 000 Chinois sont venus étudier au Canada, selon les données du Bureau canadien de l’éducation internationale.

Rencontrez un employeur : Omniplast
14 janvier 2017 écrit par Jobboom Blog

Omniplast Rencontrez un employeur : Omniplast

Chaque mois, Jobboom présente le portrait d’un employeur figurant parmi les chefs de file de son secteur d’activité. Il dévoile sa culture d’entreprise, ses besoins d’embauche et ses méthodes de recrutement. Ce mois-ci : Omniplast.

Créée en 1935, Omniplast est une entreprise d’une soixantaine d’employés, spécialisée dans la fabrication de sacs d’emballage qui répond au besoin de divers marchés : de détails, commercial et industriel. Dans les dernières années, l’entreprise a axé ses activités sur l’imprimerie à haute résolution en multi couleurs.

À cet égard, ils ont fait plusieurs investissements et ils aspirent désormais à obtenir la certification d’impression en full HD. Avec cet objectif en tête, Omniplast cherche à engager des employés qui auront la chance de gravir les échelons au sein de l’entreprise et qui, suite à leur formation, pourront graduer et faire partie de l’élite des pressiers au Québec.

Entrevue avec Marc Robitaille, président chez Omniplast.

JOBBcibles Rencontrez un employeur : OmniplastM  Quels sont les principaux types d’emploi que l’on retrouve chez vous?
Marc Robitaille: Étant imprimeur intégré et fabricant de sacs, il y a plusieurs ouvertures autant en extrusion du plastique, en prépresse (graphiste, infographe), en presse (aide-pressier, pressier, technicien et maître technicien, chef d’équipe) et en finition (opérateur de machine à sacs).

Nous avons également différents postes dans les départements usuels tels que l’administration, les ventes, les finances, le service à la clientèle ainsi qu’à notre entrepôt. D’ailleurs, nous sommes actuellement en croissance dans notre domaine et nous cherchons à croître d’environ 8 % par année, ce qui engendre beaucoup d’opportunités pour progresser dans l’entreprise. C’est le moment opportun pour les gens de l’externe de se joindre à une équipe qui est gagnante.

cibles Rencontrez un employeur : Omniplast En termes de recrutement, quels sont les besoins que vous avez le plus de difficulté à combler?
M.R.: Parmi les postes les plus difficiles à combler, on compte ceux de pressiers et de techniciens en imprimerie. Nous avons actuellement deux postes affichés et cela fait plus d’un an que nous cherchons à combler ces positions. Comme il s’agit d’un domaine spécialisé, trouver la main-d’œuvre qualifiée est parfois tout un défi. Nous cherchons donc activement des gens qui veulent faire équipe avec nous sur le long terme.

cibles Rencontrez un employeur : Omniplast Quelles sont vos grandes valeurs?
M.R.: Chez Omniplast, nous cherchons à mettre de l’avant des valeurs humaines. Nous sommes une entreprise essentiellement familiale et nous avons une proximité avec nos employés. Nous accordons beaucoup d’importance à la formation de notre personnel et à leur avancement chez nous. Nous voulons former nos gens pour leur permettre d’évoluer, de grandir et c’est la raison pour laquelle nous priorisons les employés à l’interne avant d’engager à l’externe. La possibilité d’avancement est ce qui fait notre force et nous prônons des valeurs d’équipe. D’ailleurs, nous avons offert l’équité salariale dès le début et nous allons même plus loin que ça, nous offrons l’équité interne.

cibles Rencontrez un employeur : Omniplast Quelles sont les qualités essentielles que vous recherchez chez vos employés?
M.R.: En tant qu’entreprise, nous cherchons constamment à prendre les moyens pour devenir de plus en plus performant dans notre domaine, donc il y a beaucoup d’innovations. L’innovation demande de la débrouillardise, de l’intérêt, et nos employés doivent être soucieux de leur performance individuelle. Fréquemment, nous avons des réunions afin d’améliorer les procédés de production et tous les employés font partie de ce processus. Nous formons une équipe où chaque employé doit participer, performer et donner son maximum.

cibles Rencontrez un employeur : Omniplast Quelles sont vos qualités en tant qu’employeur? Qu’est-ce qui vous distingue des autres employeurs?
M.R.: Chez nous, il n’y a pas beaucoup de hiérarchie et le travail d’équipe est primordial. Les gestionnaires se veulent plus au service de l’équipe que dirigeant de l’équipe. Un des éléments intéressant pour les gens dans le domaine c’est que nous sommes une entreprise de taille moyenne située sur la Rive-Sud de Montréal. Nous trouvons important le fait que nos employés n’aient pas beaucoup de voyagement à faire, ça rend le travail plus agréable. Aussi, nous avons des politiques sévères d’accès à tous. Nous avons des employés de toutes les religions et de diverses ethnicités, il n’y a aucune discrimination.

cibles Rencontrez un employeur : Omniplast Quels sont les éléments qui contribuent à attirer et retenir les talents?
M.R.: Nous avons une politique pour les employés qui désirent poursuivre leur formation ou qui souhaitent augmenter leurs compétences par le biais de cours. D’ailleurs, nous avons déjà donné des cours les fins de semaine, pendant une période d’un an, à nos employés qui n’avaient pas leur diplôme d’études secondaire et qui désiraient obtenir leur équivalence.

cibles Rencontrez un employeur : Omniplast Quelles sont les sources de motivation de vos employés?
M.R.: Je dirais que c’est quelque chose d’aussi simple que le succès. Le fait de travailler et de produire des produits haut de gamme que peu peuvent faire, c’est surprenant, mais ça rend les employés fiers de faire partie intégrante d’un succès. Avant, nous imprimions seulement en une couleur et là, nous le faisons en huit couleurs et en haute résolution, c’est tout un exploit.

cibles Rencontrez un employeur : Omniplast Quelles sont les possibilités d’avancement chez vous? Comment encouragez-vous le développement de carrière de vos employés?
M.R.: Nous encourageons l’évolution de nos employés au sein de l’entreprise et chaque employé à la possibilité de gravir les échelons. Aussi, nous encourageons le développement de carrière par le biais de formation continue en payant des cours à ceux qui désirent se développer. Ça peut même être du développement de carrière en dehors du secteur dans lequel ils sont entrés. Par exemple, quelqu’un peut être embauché à titre d’aide, d’aide-pressier ou de technicien et éventuellement, cette personne pourrait devenir représentant commercial. Si la personne a les qualifications de base et qu’on juge qu’elle pourrait avoir du succès dans ce poste, il n’y a aucune restriction.

cibles Rencontrez un employeur : Omniplast Comment décririez-vous l’ambiance de travail chez vous?
M.R.: L’ambiance de travail chez Omniplast est dynamique, diversifiée et variée étant donné les différents groupes d’âge qu’on y retrouve. Les nouveaux employés sont relativement jeunes, dans la vingtaine, alors que les employés ayant davantage de séniorité ont principalement 50 ans et plus.

Aussi, l’usine est syndiquée, mais nous avons une approche raisonnée en ce qui concerne nos rencontres. Nous travaillons ensemble, en équipe et nous n’adoptons pas le modèle traditionnel du patron versus les syndiqués. Nous sommes des collègues de travail et lorsque vient le temps de renouveler les ententes, nous optons pour une approche raisonnée afin que tous y trouvent leur compte, c’est un juste équilibre.

Finalement, nous avons un club social responsable des événements spéciaux, des sorties et des 5 à 7. Nous avons aussi deux événements particuliers pour souligner le début des vacances, soit un l’été et un autre dans le temps des fêtes. Bref, nous offrons une ambiance de travail agréable à nos employés.

Voir plus de portraits d’employeurs

Grève des étudiants en éducation de l’UQAM
13 janvier 2017 écrit par Le Devoir

Jugeant que les stages obligatoires des futurs enseignants devraient être rémunérés, les 5200 membres de l’Association des étudiants de la Faculté des sciences de l’éducation (ADEESE) de l’Université du Québec à Montréal ont adopté un mandat de grève, vendredi.

 

La résolution prévoit la tenue d’une journée de grève le 16 février, date qui coïncide avec la tenue des Rendez-vous de la main d’oeuvre organisé conjointement par le gouvernement du Québec et les principaux regroupements patronaux et syndicaux, les 16 et 17 février 2017.

 

Les étudiants en éducation de l’UQAM emboîtent ainsi le pas aux étudiants de l’Université de Sherbrooke, qui avait tenu une grève pour des motifs similaires en octobre 2015.

 

En décembre, les futurs psychologues s’étaient entendus avec Québec, après près de quatre mois de boycott de l’internat et des stages. Le gouvernement Couillard avait alors accepté de verser des bourses de 25 000 $ aux doctorants qui réalisent leur internat, qui totalise 1600 heures, dans le réseau public provincial. Le Québec était la seule province à ne pas offrir de telle rémunération.

10 raisons d’exiger une augmentation de salaire


13 janvier 2017 écrit par Journal Métro

Dans une vie professionnelle, il vient de ces moments où on est en droit d’exiger une révision salariale. Voici 10 moments où 
on a raison d’exiger une augmentation.

On a dépassé ses objectifs  
Offrir une performance qui dépasse les attentes constitue certainement la voie royale pour obtenir une augmentation de salaire. Alexandre Fausse, directeur des ressources humaines chez Kerry Canada, le reconnaît lui-même: «Pour nous, c’est une bonne pratique de rétention et de reconnaissance que de donner des augmentations salariales plus fréquentes à un employé en début de carrière qui a une bonne performance.»

On a un comportement fédérateur
«Quand on se présente pour renégocier son salaire, explique Sylvia Galinier, coach professionnelle certifiée, il y a des arguments visibles, comme le rendement, mais il y a aussi des éléments intangibles, comme l’attitude. Si on est une personne fédératrice et que le taux de roulement est très bas au sein de notre équipe, cela fait partie des arguments à mettre de l’avant au moment de la négociation.»

On a obtenu 
une promotion
Promotion rime habituellement avec nouvelles responsabilités. «Dans ce contexte, il est certainement justifié de demander une augmentation de salaire», confirme Sylvia Galinier.

Nos responsabilités et 
nos tâches ont augmenté
Parfois, la surcharge de travail vient sans changement de poste. La coach professionnelle suggère alors de se baser sur sa description de tâches pour justifier une augmentation de salaire: «Il est préférable de ne pas trop attendre, sinon l’employeur pourrait tenir cela pour 
acquis.»

On travaille sur la route
Un emploi de représentant exige des déplacements fréquents, loin de la famille. Cet inconvénient a un coût, et la plupart des employeurs sont prêts à le défrayer. «Chez Kerry Canada, illustre Alexandre Fausse, les déplacements font partie  des inconvénients du poste. Cela influence donc le salaire à la hausse.»

L’ancienneté
Généralement, les emplo-yeurs sont très soucieux de l’équité interne entre leurs employés. «Les augmentations de salaire sont faites en fonction du positionnement dans l’échelle salariale et respectent le programme d’équité salariale de l’entreprise», confirme le directeur des RH. L’ancienneté est donc un critère à mettre de l’avant.

On est courtisé 
par la concurrence
Par ailleurs, Alexandre Fausse reconnaît que le souci d’équité vient aussi de l’extérieur de l’entreprise. Les professionnels qui œuvrent dans des secteurs en croissance ont ainsi le gros bout du bâton pour renégocier leur salaire.

Pour suivre le coût de la vie
Certaines entreprises accordent des hausses annuelles automatiques allant de 0 à 3% pour suivre le coût de la vie. «Mieux vaut s’informer de la politique de l’entreprise au moment de l’embauche», prévient toutefois Sylvia Galinier.

L’entreprise a le vent 
dans les voiles
«Quand on désire renégocier son salaire, il faut choisir son moment, conseille Sylvia Galinier. Si vous savez que l’entreprise ne va pas bien, il est peut-être plus sage d’attendre le trimestre suivant.» Inversement, une entreprise en forte croissance 
sera plus encline à partager ses succès.

Amener un ou plusieurs nouveaux clients
«Plus vous rapportez d’argent, plus l’entreprise est disposée à augmenter votre salaire, cela va ensemble!» conclut la coach professionnelle.

De plus en plus d’Américains envisagent de venir étudier au Canada
13 janvier 2017 écrit par Cyberpresse

Du Québec à la Colombie-Britannique, des universités canadiennes disent constater un plus grand trafic sur leurs sites Internet de la part d’internautes américains depuis le 8 novembre. Plusieurs ont également dit recevoir davantage de candidatures en provenance des États-Unis.

Si de nombreux établissements canadiens ont accru leurs efforts de recrutement aux États-Unis, plusieurs font valoir que la victoire de Donald Trump a propulsé l’intérêt des étudiants pour les universités canadiennes d’une façon qui surpasse leurs attentes.

Lara Godoff, une jeune femme de 17 ans originaire de Napa, en Californie, raconte avoir exclu toute possibilité de rester aux États-Unis au lendemain de la présidentielle.

Cette électrice démocrate craint notamment que les lois fédérales relatives aux agressions sexuelles soient assouplies par l’administration de Donald Trump et que les campus deviennent ainsi moins sûrs pour les femmes.

« Si nous vivons dans un pays où tant de personnes ont pu élire Donald Trump, ce n’est pas un pays dans lequel je veux vivre », a-t-elle dit.

Les demandes d’admission en provenance des États-Unis reçues par l’Université de Toronto ont augmenté de 70 % depuis l’an dernier. Plusieurs autres établissements canadiens ont quant à eux observé une hausse de 20 % à ce chapitre.

L’Université McMaster, à Hamilton, en Ontario, a pour sa part enregistré une hausse de 34 pour cent.

« Nous ne pouvons ignorer les résultats de l’élection, mais je pense qu’il y a d’autres facteurs qui attirent les étudiants à notre université », a de son côté relevé une responsable du recrutement au sein des programmes de premier cycle de l’Université McGill, à Montréal, Jennifer Peterman.

Les étudiants sont aussi attirés par la diversité au sein de l’établissement et par le coût de la vie moins élevé au Canada, a-t-elle fait valoir.

Au sud de la frontière, certains responsables d’établissements universitaires estiment que les étudiants étrangers évitent d’aller aux États-Unis puisqu’ils craignent d’être déportés ou que leur sécurité soit menacée. Ils opteraient ainsi pour le Canada ou l’Australie, a-t-on indiqué.

Des établissements canadiens ont d’ailleurs remarqué un intérêt grandissant en provenance de la Chine, de l’Inde et du Pakistan.

S’il est encore trop tôt pour savoir combien d’Américains feront leur entrée dans des universités canadiennes l’automne prochain, certains établissements anticipent une hausse, vu l’effervescence observée présentement.

Le Canada n’a jamais été, traditionnellement, une destination très populaire auprès des étudiants issus des États-Unis. En 2014, quelque 9000 Américains ont fréquenté des établissements canadiens, tandis que 57 000 Chinois sont venus étudier au Canada, selon les données du Bureau canadien de l’éducation internationale.

Rencontrez un employeur : Omniplast
13 janvier 2017 écrit par Jobboom Blog

Omniplast Rencontrez un employeur : Omniplast

Chaque mois, Jobboom présente le portrait d’un employeur figurant parmi les chefs de file de son secteur d’activité. Il dévoile sa culture d’entreprise, ses besoins d’embauche et ses méthodes de recrutement. Ce mois-ci : Omniplast.

Créée en 1935, Omniplast est une entreprise d’une soixantaine d’employés, spécialisée dans la fabrication de sacs d’emballage qui répond au besoin de divers marchés : de détails, commercial et industriel. Dans les dernières années, l’entreprise a axé ses activités sur l’imprimerie à haute résolution en multi couleurs.

À cet égard, ils ont fait plusieurs investissements et ils aspirent désormais à obtenir la certification d’impression en full HD. Avec cet objectif en tête, Omniplast cherche à engager des employés qui auront la chance de gravir les échelons au sein de l’entreprise et qui, suite à leur formation, pourront graduer et faire partie de l’élite des pressiers au Québec.

Entrevue avec Marc Robitaille, président chez Omniplast.

JOBBcibles Rencontrez un employeur : OmniplastM  Quels sont les principaux types d’emploi que l’on retrouve chez vous?
Marc Robitaille: Étant imprimeur intégré et fabricant de sacs, il y a plusieurs ouvertures autant en extrusion du plastique, en prépresse (graphiste, infographe), en presse (aide-pressier, pressier, technicien et maître technicien, chef d’équipe) et en finition (opérateur de machine à sacs).

Nous avons également différents postes dans les départements usuels tels que l’administration, les ventes, les finances, le service à la clientèle ainsi qu’à notre entrepôt. D’ailleurs, nous sommes actuellement en croissance dans notre domaine et nous cherchons à croître d’environ 8 % par année, ce qui engendre beaucoup d’opportunités pour progresser dans l’entreprise. C’est le moment opportun pour les gens de l’externe de se joindre à une équipe qui est gagnante.

cibles Rencontrez un employeur : Omniplast En termes de recrutement, quels sont les besoins que vous avez le plus de difficulté à combler?
M.R.: Parmi les postes les plus difficiles à combler, on compte ceux de pressiers et de techniciens en imprimerie. Nous avons actuellement deux postes affichés et cela fait plus d’un an que nous cherchons à combler ces positions. Comme il s’agit d’un domaine spécialisé, trouver la main-d’œuvre qualifiée est parfois tout un défi. Nous cherchons donc activement des gens qui veulent faire équipe avec nous sur le long terme.

cibles Rencontrez un employeur : Omniplast Quelles sont vos grandes valeurs?
M.R.: Chez Omniplast, nous cherchons à mettre de l’avant des valeurs humaines. Nous sommes une entreprise essentiellement familiale et nous avons une proximité avec nos employés. Nous accordons beaucoup d’importance à la formation de notre personnel et à leur avancement chez nous. Nous voulons former nos gens pour leur permettre d’évoluer, de grandir et c’est la raison pour laquelle nous priorisons les employés à l’interne avant d’engager à l’externe. La possibilité d’avancement est ce qui fait notre force et nous prônons des valeurs d’équipe. D’ailleurs, nous avons offert l’équité salariale dès le début et nous allons même plus loin que ça, nous offrons l’équité interne.

cibles Rencontrez un employeur : Omniplast Quelles sont les qualités essentielles que vous recherchez chez vos employés?
M.R.: En tant qu’entreprise, nous cherchons constamment à prendre les moyens pour devenir de plus en plus performant dans notre domaine, donc il y a beaucoup d’innovations. L’innovation demande de la débrouillardise, de l’intérêt, et nos employés doivent être soucieux de leur performance individuelle. Fréquemment, nous avons des réunions afin d’améliorer les procédés de production et tous les employés font partie de ce processus. Nous formons une équipe où chaque employé doit participer, performer et donner son maximum.

cibles Rencontrez un employeur : Omniplast Quelles sont vos qualités en tant qu’employeur? Qu’est-ce qui vous distingue des autres employeurs?
M.R.: Chez nous, il n’y a pas beaucoup de hiérarchie et le travail d’équipe est primordial. Les gestionnaires se veulent plus au service de l’équipe que dirigeant de l’équipe. Un des éléments intéressant pour les gens dans le domaine c’est que nous sommes une entreprise de taille moyenne située sur la Rive-Sud de Montréal. Nous trouvons important le fait que nos employés n’aient pas beaucoup de voyagement à faire, ça rend le travail plus agréable. Aussi, nous avons des politiques sévères d’accès à tous. Nous avons des employés de toutes les religions et de diverses ethnicités, il n’y a aucune discrimination.

cibles Rencontrez un employeur : Omniplast Quels sont les éléments qui contribuent à attirer et retenir les talents?
M.R.: Nous avons une politique pour les employés qui désirent poursuivre leur formation ou qui souhaitent augmenter leurs compétences par le biais de cours. D’ailleurs, nous avons déjà donné des cours les fins de semaine, pendant une période d’un an, à nos employés qui n’avaient pas leur diplôme d’études secondaire et qui désiraient obtenir leur équivalence.

cibles Rencontrez un employeur : Omniplast Quelles sont les sources de motivation de vos employés?
M.R.: Je dirais que c’est quelque chose d’aussi simple que le succès. Le fait de travailler et de produire des produits haut de gamme que peu peuvent faire, c’est surprenant, mais ça rend les employés fiers de faire partie intégrante d’un succès. Avant, nous imprimions seulement en une couleur et là, nous le faisons en huit couleurs et en haute résolution, c’est tout un exploit.

cibles Rencontrez un employeur : Omniplast Quelles sont les possibilités d’avancement chez vous? Comment encouragez-vous le développement de carrière de vos employés?
M.R.: Nous encourageons l’évolution de nos employés au sein de l’entreprise et chaque employé à la possibilité de gravir les échelons. Aussi, nous encourageons le développement de carrière par le biais de formation continue en payant des cours à ceux qui désirent se développer. Ça peut même être du développement de carrière en dehors du secteur dans lequel ils sont entrés. Par exemple, quelqu’un peut être embauché à titre d’aide, d’aide-pressier ou de technicien et éventuellement, cette personne pourrait devenir représentant commercial. Si la personne a les qualifications de base et qu’on juge qu’elle pourrait avoir du succès dans ce poste, il n’y a aucune restriction.

cibles Rencontrez un employeur : Omniplast Comment décririez-vous l’ambiance de travail chez vous?
M.R.: L’ambiance de travail chez Omniplast est dynamique, diversifiée et variée étant donné les différents groupes d’âge qu’on y retrouve. Les nouveaux employés sont relativement jeunes, dans la vingtaine, alors que les employés ayant davantage de séniorité ont principalement 50 ans et plus.

Aussi, l’usine est syndiquée, mais nous avons une approche raisonnée en ce qui concerne nos rencontres. Nous travaillons ensemble, en équipe et nous n’adoptons pas le modèle traditionnel du patron versus les syndiqués. Nous sommes des collègues de travail et lorsque vient le temps de renouveler les ententes, nous optons pour une approche raisonnée afin que tous y trouvent leur compte, c’est un juste équilibre.

Finalement, nous avons un club social responsable des événements spéciaux, des sorties et des 5 à 7. Nous avons aussi deux événements particuliers pour souligner le début des vacances, soit un l’été et un autre dans le temps des fêtes. Bref, nous offrons une ambiance de travail agréable à nos employés.

Voir plus de portraits d’employeurs

Pétition pour le cours Monde contemporain
12 janvier 2017 écrit par Le Devoir

Des enseignants et des citoyens ont lancé une pétition visant à suspendre l’amputation du cours Monde contemporain, décrétée le mois dernier par le ministre Sébastien Proulx. Au moment d’écrire ces lignes, 175 personnes, dont des enseignants et des parents, avaient signé la pétition mise en ligne 48 heures auparavant. Le ministre de l’Éducation a annoncé que le cours Monde contemporain, qui fait partie du programme de cinquième secondaire, serait amputé de moitié pour faire place à un cours d’éducation financière. Les signataires réclament une véritable consultation en vue de prendre une décision éclairée. L’enseignant Daniel Rouillard, à l’origine de la pétition, a indiqué que l’éducation financière ne doit pas se faire aux dépens du cours Monde contemporain.

10 raisons d’exiger une augmentation de salaire


12 janvier 2017 écrit par Journal Métro

Dans une vie professionnelle, il vient de ces moments où on est en droit d’exiger une révision salariale. Voici 10 moments où 
on a raison d’exiger une augmentation.

On a dépassé ses objectifs  
Offrir une performance qui dépasse les attentes constitue certainement la voie royale pour obtenir une augmentation de salaire. Alexandre Fausse, directeur des ressources humaines chez Kerry Canada, le reconnaît lui-même: «Pour nous, c’est une bonne pratique de rétention et de reconnaissance que de donner des augmentations salariales plus fréquentes à un employé en début de carrière qui a une bonne performance.»

On a un comportement fédérateur
«Quand on se présente pour renégocier son salaire, explique Sylvia Galinier, coach professionnelle certifiée, il y a des arguments visibles, comme le rendement, mais il y a aussi des éléments intangibles, comme l’attitude. Si on est une personne fédératrice et que le taux de roulement est très bas au sein de notre équipe, cela fait partie des arguments à mettre de l’avant au moment de la négociation.»

On a obtenu 
une promotion
Promotion rime habituellement avec nouvelles responsabilités. «Dans ce contexte, il est certainement justifié de demander une augmentation de salaire», confirme Sylvia Galinier.

Nos responsabilités et 
nos tâches ont augmenté
Parfois, la surcharge de travail vient sans changement de poste. La coach professionnelle suggère alors de se baser sur sa description de tâches pour justifier une augmentation de salaire: «Il est préférable de ne pas trop attendre, sinon l’employeur pourrait tenir cela pour 
acquis.»

On travaille sur la route
Un emploi de représentant exige des déplacements fréquents, loin de la famille. Cet inconvénient a un coût, et la plupart des employeurs sont prêts à le défrayer. «Chez Kerry Canada, illustre Alexandre Fausse, les déplacements font partie  des inconvénients du poste. Cela influence donc le salaire à la hausse.»

L’ancienneté
Généralement, les emplo-yeurs sont très soucieux de l’équité interne entre leurs employés. «Les augmentations de salaire sont faites en fonction du positionnement dans l’échelle salariale et respectent le programme d’équité salariale de l’entreprise», confirme le directeur des RH. L’ancienneté est donc un critère à mettre de l’avant.

On est courtisé 
par la concurrence
Par ailleurs, Alexandre Fausse reconnaît que le souci d’équité vient aussi de l’extérieur de l’entreprise. Les professionnels qui œuvrent dans des secteurs en croissance ont ainsi le gros bout du bâton pour renégocier leur salaire.

Pour suivre le coût de la vie
Certaines entreprises accordent des hausses annuelles automatiques allant de 0 à 3% pour suivre le coût de la vie. «Mieux vaut s’informer de la politique de l’entreprise au moment de l’embauche», prévient toutefois Sylvia Galinier.

L’entreprise a le vent 
dans les voiles
«Quand on désire renégocier son salaire, il faut choisir son moment, conseille Sylvia Galinier. Si vous savez que l’entreprise ne va pas bien, il est peut-être plus sage d’attendre le trimestre suivant.» Inversement, une entreprise en forte croissance 
sera plus encline à partager ses succès.

Amener un ou plusieurs nouveaux clients
«Plus vous rapportez d’argent, plus l’entreprise est disposée à augmenter votre salaire, cela va ensemble!» conclut la coach professionnelle.

De plus en plus d’Américains envisagent de venir étudier au Canada
12 janvier 2017 écrit par Cyberpresse

Du Québec à la Colombie-Britannique, des universités canadiennes disent constater un plus grand trafic sur leurs sites Internet de la part d’internautes américains depuis le 8 novembre. Plusieurs ont également dit recevoir davantage de candidatures en provenance des États-Unis.

Si de nombreux établissements canadiens ont accru leurs efforts de recrutement aux États-Unis, plusieurs font valoir que la victoire de Donald Trump a propulsé l’intérêt des étudiants pour les universités canadiennes d’une façon qui surpasse leurs attentes.

Lara Godoff, une jeune femme de 17 ans originaire de Napa, en Californie, raconte avoir exclu toute possibilité de rester aux États-Unis au lendemain de la présidentielle.

Cette électrice démocrate craint notamment que les lois fédérales relatives aux agressions sexuelles soient assouplies par l’administration de Donald Trump et que les campus deviennent ainsi moins sûrs pour les femmes.

« Si nous vivons dans un pays où tant de personnes ont pu élire Donald Trump, ce n’est pas un pays dans lequel je veux vivre », a-t-elle dit.

Les demandes d’admission en provenance des États-Unis reçues par l’Université de Toronto ont augmenté de 70 % depuis l’an dernier. Plusieurs autres établissements canadiens ont quant à eux observé une hausse de 20 % à ce chapitre.

L’Université McMaster, à Hamilton, en Ontario, a pour sa part enregistré une hausse de 34 pour cent.

« Nous ne pouvons ignorer les résultats de l’élection, mais je pense qu’il y a d’autres facteurs qui attirent les étudiants à notre université », a de son côté relevé une responsable du recrutement au sein des programmes de premier cycle de l’Université McGill, à Montréal, Jennifer Peterman.

Les étudiants sont aussi attirés par la diversité au sein de l’établissement et par le coût de la vie moins élevé au Canada, a-t-elle fait valoir.

Au sud de la frontière, certains responsables d’établissements universitaires estiment que les étudiants étrangers évitent d’aller aux États-Unis puisqu’ils craignent d’être déportés ou que leur sécurité soit menacée. Ils opteraient ainsi pour le Canada ou l’Australie, a-t-on indiqué.

Des établissements canadiens ont d’ailleurs remarqué un intérêt grandissant en provenance de la Chine, de l’Inde et du Pakistan.

S’il est encore trop tôt pour savoir combien d’Américains feront leur entrée dans des universités canadiennes l’automne prochain, certains établissements anticipent une hausse, vu l’effervescence observée présentement.

Le Canada n’a jamais été, traditionnellement, une destination très populaire auprès des étudiants issus des États-Unis. En 2014, quelque 9000 Américains ont fréquenté des établissements canadiens, tandis que 57 000 Chinois sont venus étudier au Canada, selon les données du Bureau canadien de l’éducation internationale.

Rencontrez un employeur : Omniplast
12 janvier 2017 écrit par Jobboom Blog

Omniplast Rencontrez un employeur : Omniplast

Chaque mois, Jobboom présente le portrait d’un employeur figurant parmi les chefs de file de son secteur d’activité. Il dévoile sa culture d’entreprise, ses besoins d’embauche et ses méthodes de recrutement. Ce mois-ci : Omniplast.

Créée en 1935, Omniplast est une entreprise d’une soixantaine d’employés, spécialisée dans la fabrication de sacs d’emballage qui répond au besoin de divers marchés : de détails, commercial et industriel. Dans les dernières années, l’entreprise a axé ses activités sur l’imprimerie à haute résolution en multi couleurs.

À cet égard, ils ont fait plusieurs investissements et ils aspirent désormais à obtenir la certification d’impression en full HD. Avec cet objectif en tête, Omniplast cherche à engager des employés qui auront la chance de gravir les échelons au sein de l’entreprise et qui, suite à leur formation, pourront graduer et faire partie de l’élite des pressiers au Québec.

Entrevue avec Marc Robitaille, président chez Omniplast.

JOBBcibles Rencontrez un employeur : OmniplastM  Quels sont les principaux types d’emploi que l’on retrouve chez vous?
Marc Robitaille: Étant imprimeur intégré et fabricant de sacs, il y a plusieurs ouvertures autant en extrusion du plastique, en prépresse (graphiste, infographe), en presse (aide-pressier, pressier, technicien et maître technicien, chef d’équipe) et en finition (opérateur de machine à sacs).

Nous avons également différents postes dans les départements usuels tels que l’administration, les ventes, les finances, le service à la clientèle ainsi qu’à notre entrepôt. D’ailleurs, nous sommes actuellement en croissance dans notre domaine et nous cherchons à croître d’environ 8 % par année, ce qui engendre beaucoup d’opportunités pour progresser dans l’entreprise. C’est le moment opportun pour les gens de l’externe de se joindre à une équipe qui est gagnante.

cibles Rencontrez un employeur : Omniplast En termes de recrutement, quels sont les besoins que vous avez le plus de difficulté à combler?
M.R.: Parmi les postes les plus difficiles à combler, on compte ceux de pressiers et de techniciens en imprimerie. Nous avons actuellement deux postes affichés et cela fait plus d’un an que nous cherchons à combler ces positions. Comme il s’agit d’un domaine spécialisé, trouver la main-d’œuvre qualifiée est parfois tout un défi. Nous cherchons donc activement des gens qui veulent faire équipe avec nous sur le long terme.

cibles Rencontrez un employeur : Omniplast Quelles sont vos grandes valeurs?
M.R.: Chez Omniplast, nous cherchons à mettre de l’avant des valeurs humaines. Nous sommes une entreprise essentiellement familiale et nous avons une proximité avec nos employés. Nous accordons beaucoup d’importance à la formation de notre personnel et à leur avancement chez nous. Nous voulons former nos gens pour leur permettre d’évoluer, de grandir et c’est la raison pour laquelle nous priorisons les employés à l’interne avant d’engager à l’externe. La possibilité d’avancement est ce qui fait notre force et nous prônons des valeurs d’équipe. D’ailleurs, nous avons offert l’équité salariale dès le début et nous allons même plus loin que ça, nous offrons l’équité interne.

cibles Rencontrez un employeur : Omniplast Quelles sont les qualités essentielles que vous recherchez chez vos employés?
M.R.: En tant qu’entreprise, nous cherchons constamment à prendre les moyens pour devenir de plus en plus performant dans notre domaine, donc il y a beaucoup d’innovations. L’innovation demande de la débrouillardise, de l’intérêt, et nos employés doivent être soucieux de leur performance individuelle. Fréquemment, nous avons des réunions afin d’améliorer les procédés de production et tous les employés font partie de ce processus. Nous formons une équipe où chaque employé doit participer, performer et donner son maximum.

cibles Rencontrez un employeur : Omniplast Quelles sont vos qualités en tant qu’employeur? Qu’est-ce qui vous distingue des autres employeurs?
M.R.: Chez nous, il n’y a pas beaucoup de hiérarchie et le travail d’équipe est primordial. Les gestionnaires se veulent plus au service de l’équipe que dirigeant de l’équipe. Un des éléments intéressant pour les gens dans le domaine c’est que nous sommes une entreprise de taille moyenne située sur la Rive-Sud de Montréal. Nous trouvons important le fait que nos employés n’aient pas beaucoup de voyagement à faire, ça rend le travail plus agréable. Aussi, nous avons des politiques sévères d’accès à tous. Nous avons des employés de toutes les religions et de diverses ethnicités, il n’y a aucune discrimination.

cibles Rencontrez un employeur : Omniplast Quels sont les éléments qui contribuent à attirer et retenir les talents?
M.R.: Nous avons une politique pour les employés qui désirent poursuivre leur formation ou qui souhaitent augmenter leurs compétences par le biais de cours. D’ailleurs, nous avons déjà donné des cours les fins de semaine, pendant une période d’un an, à nos employés qui n’avaient pas leur diplôme d’études secondaire et qui désiraient obtenir leur équivalence.

cibles Rencontrez un employeur : Omniplast Quelles sont les sources de motivation de vos employés?
M.R.: Je dirais que c’est quelque chose d’aussi simple que le succès. Le fait de travailler et de produire des produits haut de gamme que peu peuvent faire, c’est surprenant, mais ça rend les employés fiers de faire partie intégrante d’un succès. Avant, nous imprimions seulement en une couleur et là, nous le faisons en huit couleurs et en haute résolution, c’est tout un exploit.

cibles Rencontrez un employeur : Omniplast Quelles sont les possibilités d’avancement chez vous? Comment encouragez-vous le développement de carrière de vos employés?
M.R.: Nous encourageons l’évolution de nos employés au sein de l’entreprise et chaque employé à la possibilité de gravir les échelons. Aussi, nous encourageons le développement de carrière par le biais de formation continue en payant des cours à ceux qui désirent se développer. Ça peut même être du développement de carrière en dehors du secteur dans lequel ils sont entrés. Par exemple, quelqu’un peut être embauché à titre d’aide, d’aide-pressier ou de technicien et éventuellement, cette personne pourrait devenir représentant commercial. Si la personne a les qualifications de base et qu’on juge qu’elle pourrait avoir du succès dans ce poste, il n’y a aucune restriction.

cibles Rencontrez un employeur : Omniplast Comment décririez-vous l’ambiance de travail chez vous?
M.R.: L’ambiance de travail chez Omniplast est dynamique, diversifiée et variée étant donné les différents groupes d’âge qu’on y retrouve. Les nouveaux employés sont relativement jeunes, dans la vingtaine, alors que les employés ayant davantage de séniorité ont principalement 50 ans et plus.

Aussi, l’usine est syndiquée, mais nous avons une approche raisonnée en ce qui concerne nos rencontres. Nous travaillons ensemble, en équipe et nous n’adoptons pas le modèle traditionnel du patron versus les syndiqués. Nous sommes des collègues de travail et lorsque vient le temps de renouveler les ententes, nous optons pour une approche raisonnée afin que tous y trouvent leur compte, c’est un juste équilibre.

Finalement, nous avons un club social responsable des événements spéciaux, des sorties et des 5 à 7. Nous avons aussi deux événements particuliers pour souligner le début des vacances, soit un l’été et un autre dans le temps des fêtes. Bref, nous offrons une ambiance de travail agréable à nos employés.

Voir plus de portraits d’employeurs

Pétition pour le cours Monde contemporain
11 janvier 2017 écrit par Le Devoir

Des enseignants et des citoyens ont lancé une pétition visant à suspendre l’amputation du cours Monde contemporain, décrétée le mois dernier par le ministre Sébastien Proulx. Au moment d’écrire ces lignes, 175 personnes, dont des enseignants et des parents, avaient signé la pétition mise en ligne 48 heures auparavant. Le ministre de l’Éducation a annoncé que le cours Monde contemporain, qui fait partie du programme de cinquième secondaire, serait amputé de moitié pour faire place à un cours d’éducation financière. Les signataires réclament une véritable consultation en vue de prendre une décision éclairée. L’enseignant Daniel Rouillard, à l’origine de la pétition, a indiqué que l’éducation financière ne doit pas se faire aux dépens du cours Monde contemporain.

10 changements de carrière inspirants
11 janvier 2017 écrit par Journal Métro

Aller au bureau vous apparaît comme le pire des supplices? Vous avez de la difficulté à croire que vous ferez le même métier pour 20 ans encore? Vous êtes peut-être mûr pour un changement de carrière. Voici 10 parcours inspirants.

Monique Leroux

Celle qui a cédé les rênes de Desjardins il y a maintenant plusieurs mois est loin de la comptable austère. En fait, elle a étudié le piano pendant toute sa jeunesse, soit de 6 à 20 ans, au Conservatoire de musique et hésitait entre le chant classique et la direction d’orchestre. Elle a finalement choisi les chiffres, et avec succès!

Jerry Springer

Le célèbre animateur de la chaîne américaine NBC travaillait comme avocat et conseiller politique à la fin des années 1960 avant de devenir maire de la ville de Cincinnati, en Ohio. Après avoir tâté de la politique et du journalisme, il a trouvé sa voie et le succès avec The Jerry Springer Show.

Érik Giasson

Financier à Wall Street, Érik Giasson avait du succès et était multimillionnaire, mais profondément malheureux. Le yoga et un voyage en Inde lui ont fait réaliser que son rapport à l’argent était malsain. Désormais copropriétaire du studio de yoga Wanderlust à Montréal, il croit avoir trouvé la paix intérieure et s’autorise une petite folie quotidienne : des fruits et des légumes bios!

Boucar Diouf

Né au Sénégal et berger dans la savane jusqu’à 15 ans, Boucar Diouf a étudié en sciences à l’Université de Dakar avant de faire un doctorat en océanographie au Québec. C’est toutefois pour ses talents exceptionnels de conteur que Boucar Diouf est connu des Québécois, lui qui est animateur à la radio et qui présente des spectacles humoristiques partout dans la province.

Arnold Schwarzenegger

Jeune culturiste autrichien, Arnold Schwarzenegger devient rapidement une vedette des films d’action à Hollywood grâce à son corps musclé et à ses rôles dans la série Terminator. Comme il a été élu plus tard gouverneur de la Californie, on l’a surnommé le «Governator».

Le pape François

Saviez-vous qu’avant d’être prêtre, puis pape, Jorge Mario Bergoglio était technicien en chimie, en plus d’avoir fait des études en philosophie à Buenos Aires, en Argentine?

Ken Jeong

L’acteur américain d’origine coréenne poursuivait de brillantes études en médecine quand il a tout laissé tomber pour se consacrer à sa carrière d’acteur, remportant un vif succès avec Very Bad Trip.

Lise Watier

Conceptrice-animatrice d’émissions de télévision féminines pendant les années 1960, la Montréalaise Lise Watier est devenue une redoutable femme d’affaires à la tête d’un véritable empire de cosmétiques. Aujourd’hui, elle se consacre à sa fondation.

Chuck Norris

Membre de la US Air Force, Chuck Norris a servi en Corée du Sud, où il a appris l’art martial du tangsudo. De retour aux États-Unis, il devient expert de multiples arts martiaux et septuple champion du monde de karaté. Ses prouesses sportives lui vaudront des rôles au cinéma… et le rang de demi-dieu!

Walt Disney

Trop jeune pour combattre durant la Première Guerre mondiale, Walt Disney falsifie son passeport pour s’engager dans la Croix-Rouge en France. De retour aux États-Unis, il se lance dans une carrière de dessinateur publicitaire avant de donner naissance à une souris qu’on connaît bien.


First Column of Stuff

  • Here is some stuff.
  • And some more stuff
  • Still more stuff

Second Column of Stuff

  • Here is some stuff.
  • And some more stuff
  • Still more stuff

Third Column of Stuff

  • Here is some stuff.
  • And some more stuff
  • Still more stuff

LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com