---------------------------

François-Xavier Harbec, conseiller en emploi

Site en construction, nouveautés en 2015! Développement de carrière Québec, Canada

Offres d'emplois / Amélioration du français au bureau / À propos

Les élèves moyens réussissent mieux dans leur carrière
12 octobre 2017 écrit par Journal Métro

Étiez-vous un premier de classe lorsque vous étiez au secondaire? Si c’est le cas, il y a de bonnes chances que votre carrière soit plutôt ordinaire.

C’est le résultat auquel parvient une étude menée par la professeure Karen Arnold, de l’université de Boston. Elle a suivi pendant 14 ans un groupe de 81 premiers de classe du secondaire afin de savoir si leurs succès 
scolaires conduiraient à des succès similaires dans la vie professionnelle.

L’étude montre que la plupart des élèves dont les notes étaient très élevées au secondaire ont suivi un parcours des plus prévisibles après leur diplomation. La plupart ont fréquenté une bonne université, ont reçu leur diplôme dans un programme exigeant et ont ensuite trouvé un emploi à leur mesure, dans les domaines des sciences, de l’administration ou des services professionnels.

Néanmoins, la grande majorité d’entre eux connaissent un succès professionnel sans éclat. Bien sûr, tous gagnent bien ou très bien leur vie, mais alors qu’ils étaient des élèves remarqués au secondaire, plus rien dans leur vie professionnelle ne leur permet de se distinguer. Parents et professeurs disaient d’eux qu’ils iraient loin un jour. Pourtant, après 14 ans sur le marché du travail, ils donnent l’impression de s’être arrêtés à mi-parcours.

Une autre étude montre pour sa part que, ceux qui connaissent de grands succès étaient dans bien des cas des élèves moyens. Un sondage réalisé auprès de 700 millionnaires montre que très peu d’entre eux étaient des élèves exceptionnels. Plusieurs ont même connu des difficultés à l’école.

Les anglophones disent parfois en plaisantant que, sur le marché du travail, les élèves qui obtenaient des A travaillent pour ceux qui obtenaient des C. Ces études semblent montrer que cette blague, comme tant d’autres, reflète en bonne partie la réalité.

Pourquoi en est-il ainsi? Pour réussir au secondaire, il faut être un généraliste, soit acquérir des connaissances variées dans un grand nombre de domaines, et savoir s’intégrer dans un environnement (l’école) dont les règles et les procédures sont strictes. Ceux qui réussissent le mieux sur le marché du travail, au contraire, apprennent tout ce qu’ils peuvent sur un sujet précis, choisi pour sa capacité à avancer leur carrière, et ne se préoccupent pas beaucoup des attentes sociales, ce qui leur permet d’innover.

Que conclure? D’abord, que nous accordons trop d’importance aux notes. Seules une angoisse sans fondements nous fait craindre pour l’avenir des jeunes dont les notes ne sont pas parmi les meilleures.

Ensuite, bien des apprentissages qui sont pourtant importants dans la vie ne seront jamais notés. Il est très rare qu’on note les élèves pour leur capacité à comprendre leur environnement, à reconnaître les occasions qui s’y trouvent, à investir stratégiquement un domaine de connaissances ou à remettre en question le statu quo lorsque cela est nécessaire. Pourtant, le marché de l’emploi, tel que nous le connaîtrons dans les prochaines années, exigera souvent de maîtriser ces apprentissages.

Voir également:

  • Les élèves moyens réussissent mieux dans leur carrière
  • Les élèves ontariens réussissent-ils mieux que ceux du Québec?
  • Les bourses Accroche-cœur : les belles histoires d’élèves qui réussissent malgré tout!
  • Comment empêcher près de 7 élèves sur 10 de décrocher?

  • First Column of Stuff

    • Here is some stuff.
    • And some more stuff
    • Still more stuff

    Second Column of Stuff

    • Here is some stuff.
    • And some more stuff
    • Still more stuff

    Third Column of Stuff

    • Here is some stuff.
    • And some more stuff
    • Still more stuff

    LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com